Avenant à Vitam par Sénamé

Les Apparitions

Avenant à Vitam par Sénamé

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Nous voilà encore à mendier... - tenace schkoumoune ! vent en proue !... les mires comme enchâssées... - mendier qu'on abrège de remémorer... les balles foreuses mourant aux minarets, aux umra, aux dos ronds par millions chaque carré... Presque rien pareil de la dorsale aux Rolex. On remettait en scène les farces anciennes... en d'inédites pastorales... Des kilomètres de moutons ! Ah, on était habillés ! Parés ! Congé au bol... Maquillés jusqu'à l'envers et bien briffés de n'en rien piper ; nous, c'était musique et mutisme. Le buste droit, tous experts et sondeurs, Bourgeois bon bergers. Bâtonnant. Vous rabattant. Messieurs manieurs formidables ; par des effets très étudiés, du but-en-blanc pour des : « Par ici qu'il faut ... penser ! » Vibrant, vipères ! Prêts à tout ! Parés je vous dis ! …mergeant livides d'en tout noir leur tête dodelineuse, tournilleuse, à bout de cravate... Jurant encore un peu de l'extrême bout de la langue ne buter plus... - à buter que vous- n'être au rond d'en flûte d'aucune sorte de lobby ! C'était alors la prescription précautionneuse, susurrée en venin, soucieuse de vous éviter l'effort de juger. Le grand Spectacle.
Ah ! Ce qu'il y avait de rotations aux cintres, pour vous varier les décors !
Centrifugeuse d'appréhensions !... Tout d'l'esprit garrotté de tours de table. Les Maîtres du Monde aussi ont leur tawaf !...
Moi je descends.

Si je descends, que je retrouve trace des libations !... Et donc aller à tous eaux claires et bénites, larmes, laits, amers miels et vins... Tout, choses pures choses précieuses...

Tout recommence toujours...
Si je descends, que je remarque au pourpre, la désuétude de l'intention seule.
Le commentaire de sitaudis.fr Extrait du recueil Girations et autres chantiers poétiques (inédit).