Ça va passer sur l'écume des jours (extrait) par Stéphane Casenobe

Les Apparitions

Ça va passer sur l'écume des jours (extrait) par Stéphane Casenobe

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 SUR L’ŒUVRE DES JOURS

 

 

 

 

 

ON       PARLE BAS.             ON NE PEUT PAS SE FUIR.                                  LES MOTS

RECOMMENCENT                                    A ME PARLER              COMME UN ENDROIT

POSSIBLE     DANS                              L’IRRESPIRABLE.                                 LE POEME

C’EST                                     UNE REGION ASSEZ SALE.                        LES MOUCHES

 

ME       BOUFFENT.                                       J’AIME HAÏR.             QUI VA ŒUVRER ICI ?

A    QUEL AUTEUR                         FAUT-IL L’IMPUTER ?                VŒUX ADVERSES.

JE                                   SUIS AU SERVICE DES OMBRES.                   JE CHERCHE UNE

OMBRE A MON POEME. JE SUIS D’UNE AUTRE ZONE.

 

JE          FILTRE ET JE STAGNE POUR DES ETERNITES

A                                                         BASCULES JE CROIS.        JETER A LA POUBELLE

EST-CE                          POUR AVOIR MOINS A PORTER ?      MON CORPS               VA

 

VERS LES EVANGILES.       JE VIENS DE LA LUMIERE

DU SUD.       LE LIVRE AUSSI VIENT DE L’INTERIEUR.

L’INFINI QUOTIDIEN DE LA VIE     C’EST TROP LONG…

 

 

 

 

J’AVANCE DANS L’ERREUR

                                                          

 

 

 

GRACE AU REVE            ET A L’HYPNOSE      JE ME RENDORS

DE               SUITE.           LES    COULEURS         SONT MYOPES.           PERSONNE

NE     VEUT ETRE                                       LE                TREIZIEME DANS UN CORPS

DE      LOCATION.              RIEN NE RESTE.                            AIDEZ-MOI A NAITRE !

 

IL                            ME FAUT M’INCARNER.     J’ATTENDS.         ÇA JE SAIS FAIRE…

UN   POEME PEUT ENTRAINER LA MORT.            J’ECRIS

EN MOYENNE      TROIS JOURS PAR    AN.                                      JE VEUX FUMER

LA               VIE     JUSQU’AU           FILTRE.                              JE MESURE PLUS DE

 

VINGT CENTIMETRES DE      TECHNIQUE.                                           ÇA FAIT TILT !

TANT PIS          POUR LA DEGRINGOLADE         DU KARMA.

LE POEME ENCORE LUI REVIENT  EN 2 D.

 

ECRIRE C’EST CROIRE. OH ! QU’IL EST BON LE BON DIEU !

ET LE CIEL M’EST UN SEUL VETEMENT          D’ECRITURE.

ETEINDRE               LA LUMIERE ET CREER LES TENEBRES.

 

 

 

 

 

LA POESIE CE TRUC DE RICHE !

                                                    

 

 

 

J’AI                                      DES EMMERDEMENTS      PLEIN LE CUL.        JE NE VEUX

PAS        ME DISSOUDRE           ANONYMEMENT.                                        JE NE   SUIS

RIEN      D’AUTRE            QU’UN DEPLACEMENT     DE                            LA MATIERE.

SEUL     J’AI VIEILLI… JE CRIE MENTALEMENT.                                           LES MOTS

 

N’AIDENT EN  RIEN. LA SEULE ETERNITE DEJA

EST               PASSEE. LE CHEMIN         VERS L’ŒUVRE EST LONG…            NE RIEN

PREVOIR QUE RIEN NE   VIENNE                         PAS. IL EST TARD.

JE        QUESTIONNE LE         CIEL :      LE CHRIST REGRETTE-T-IL

 

SA MORT ? C’EST PAR INSTINCT        DE              CONSERVATION

QUE                                      J’ECRIS.     QU’Y PUIS-JE MOI D’ECRIRE ?             JE SUIS

COURT-CIRCUITE !                  LES     PEURS        QUI DETEIGNENT             SUR MOI

 

SONT INDELEBILES…                                  MON MANDALA VERBAL

S’OUVRE.                             ME REECRIRE EST MAINTENANT VITAL.

JE   PAYE CASH                  LE     PRIX D’UNE HEURE DE LUMIERE !