Contrefuites par Julia Sørensen

Les Apparitions

Contrefuites par Julia Sørensen

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
J'ai gardé son numéro dans la mémoire de mon téléphone.
Pour ne pas effacer l'illusion de pouvoir l'appeler à tout moment.
Je dois juste me convaincre chaque jour que je n'ai aucune envie de le faire.
Pour ne pas être déçue du manque de réponse.

Je ne marche jamais sur les jointures de pavés.
Ni entre les lignes jaunes des passages pour piétons.
Je ne traverse jamais au rouge, j'attends qu'il fasse vert.

Lorsque je perds un cil, je le pose tout au bout de mon doigt.
Je ferme les yeux et je fais un vœu.
Je souffle très fort.
Je me concentre tellement sur mon souffle que j'oublie mon vœu.
Il est alors très difficile de savoir si ça marche.

Je crois en mon anniversaire.

J'attends qu'un prince charmant vienne me chercher en voiture.
Je préférerais qu'il n'ait pas un cheveu blanc.

Je parle sans cesse aux gens qui ne sont plus.

Je n'aime pas dire non à quelqu'un.

Je vérifie toujours s'il n'y a pas un monstre, un brigand ou un crocodile sous mon lit.
Je n'aime pas aller à la cave.

J'ai peur dans le noir, de mourir seule, des incendies, des guerres, des tremblements de terre, des attaques terroristes ou d'alligators, d'attraper le sida, de n'être pas aimée, de me faire prendre dans une avalanche, de me faire tuer par un futur mari jaloux, d'avoir un cancer du sein ou d'ailleurs, j'ai peur de ne rien faire comme il faut, d'être triste, d'avoir mal, j'ai peur d'avoir peur.

J'aime les tours de magie et les surprises heureuses.

Lorsque j'y pense, je tourne sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler.
Je ne parle pas aux inconnus.

Je prends toujours un billet avant de monter dans le train ou le bus.Un aller simple, jamais de retour.

Le matin, j'attends avec impatience l'arrivée du facteur.

Je ne mets pas de sucre dans mon café.
Une fois par an, je vais chez le dentiste et la gynécologue.
Détartrage, contrôle anti-caries, dépistages de toutes sortes.

Parfois, je lis mon horoscope, et parfois même je me surprends à y croire.

Je joue à pile ou face de grandes décisions.
Je ne prends pas deux fois le même chemin pour aller à la gare.
Je garde précieusement les pièces porte-bonheur.

Je mélange quelque peu rêves et pas-rêves.
Quelquefois je les prends pour des prémonitoires.

Je pense parfois que c'est en arrêtant de manger que l'on devient riche et célèbre.
Je ne peux pas ne pas finir mon assiette.

La mort me fait vraiment très peur.

Je compte jusqu'à trois avant de me lancer dans quoi que ce soit.

J'embrasse systématiquement tous les crapauds.

Je pleure à tous les mariages, à tous les films qui finissent bien, à tous ceux qui finissent mal, aux enterrements et aux jeux olympiques.
J'applaudis toujours à la fin d'un spectacle.

Je collectionne les trèfles à quatre feuilles.

Je regarde à gauche et à droite avant de traverser une route, même un sens unique.

Lorsque je pose le pied dans une crotte de chien, je suis sûre que je vais avoir beaucoup de chance.
«a ne marche pas si je le fais exprès.

Je crois au père noël, au lapin de pâques, aux fantômes et aux extraterrestres.Que les gentils l'emportent systématiquement sur les méchants et que ma mère a toujours raison.

Je compte les chèvres pour m'endormir.

Si les hirondelles volent bas, je ne sors pas sans mon parapluie.Je ne l'ouvre jamais à l'intérieur.

Je prends une douche tous les matins, je me brosse les dents trois fois par jour.
Je mets du déodorant, et parfois même du maquillage.

Je bois du café lorsque je veux rester éveillée, une tisane avant d'aller me coucher.

Je n'aime pas les cimetières, ni rentrer seule la nuit.
Parfois je dois laisser la lumière allumée pour pouvoir m'endormir.

Je n'aime pas les cerises confites.
Je ne suis pas végétarienne, mais ne supporte pas le lait de vache.

Je n'aimerais pas me retrouver seule au monde, même sans mourir.

Quand je pense trop, j'ai mal au ventre.
Quand souffle le foehn, j'ai des migraines.
Lorsqu'il pleut, j'ai les articulations qui grincent.
Quand je suis triste, j'ai mal partout.

J'ai construit une tombe pour mon cochon d'inde.

J'attends toujours qu'il revienne.

J'aime jouer au loto.
J'aimerais pouvoir croire en un dieu, un chanteur ou un politicien.

Lors d'un mariage, je fais tout pour ne pas attraper le bouquet.
Je n'embrasse jamais le cul d'une bouteille.
Je ne veux pas de la dernière goutte de vin non plus.

J'évite de passer sous une échelle, bien que l'occasion ne se présente pas souvent.

Je crois souvent que de l'argent résout certains problèmes.

Lorsque j'achète un nouveau CD, je l'écoute en boucle.
Jusqu'à ne plus pouvoir le supporter.

Parfois, je mens.

Je rougis systématiquement lorsque je dois parler en public, et j'ai très chaud.Il m'arrive la même chose lorsqu'on me fait un compliment.

Je dis toujours « Au revoir, merci » en descendant du bus.

J'aime recevoir des fleurs en pots.
À chaque fois j'oublie de les arroser.

Je pense que si j'avais un balcon, je serais plus souvent dehors.

Je crois que rien n'arrive par hasard.