LES PIEDS-NOIRS (Poème héroïque) par Pierre Bruno

Les Apparitions

LES PIEDS-NOIRS (Poème héroïque) par Pierre Bruno

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Un moment quelconque se substitue au choix de plus qu'on ne fait pas. Elle, nous transporte d'une terre avec Dieu à la localité. Elle passe mon cerveau. À peine, avec peine, rue du brancard gris, dans le blanc de sa jupe, et le dessin, à peine, dans la rue du ---- gris. Amour frais, amour froid. Les poumons soudés, peu importe que je, vif ou non, puisque je, avec peine.


L'amour frais, froid, dans la rue du brancard ----, le dessin, nous recommençons. Je là, je la, le blanc de mon dessin, qui existe, pas moi, parce que à peine je. « La conséquence des dénominations matérielles de la centralisation commande la fluidité du ralentissement temporel. » Le soleil du dedans est l'idée refoulée d'un sein de maman jeune.
Le commentaire de sitaudis.fr (fin du poème)