#1 (de retour ou... par Frédéric Danos

Les Incitations

16 oct.
2002

#1 (de retour ou... par Frédéric Danos

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
#1 (de retour... ou
l'artiste comme ramasse-miettes
l'art comme maison de retraite
le droit à la dépression active)


http://f.danos.free.fr/situation/index.html

J'étais à 16:30 sur le parvis du centre Georges Pompidou. Je me suis installé en haut à gauche derrière les portraitistes indiens, craignant une maffia - qu'est-ce que tu fous là, on te connaît pas, tu connais qui, barre-toi ; casser le tabouret, déchirer l'ergono-étal -, mais non rien, tout le monde peut venir s'installer. J'attends. Je raccole un peu :Monsieur! votre nom en français?
ça va je suis français
Oui, mais, là, c'est moi qui vous l'écrit
Je sais écrire
Je n'en doute pas, je vous propose que cette fois-ci ce soit moi
Mais ça sert à rien non merci
Offrez votre nom en français à votre amie, 1€ c'est pas cher
Non merci
D'autres viennent, me demandent de quoi il s'agit, acceptent et repartent avec leur nom écrit au feutre noir (pointe fine) sur une feuille A4 roulée maintenue par un élastique. Ils seront sept.Vers 17:00, trois agents de police me demandent de partir, je n'ai pas le droit d'être ici. Je montre les portraitistes devant moi, pourquoi eux et pas moi? Eux sont portraitistes, les noms en chinois, en français, en ce que vous voulez sont interdits, vous avez cinq minutes. Ils s'éloignent. J'allais obtempérer. Mais un type commence un spectacle dans la pente du parvis juste à côté de moi, et puis je me dis qu'en écrivant le nom de quelqu'un sur un papier, je fais son portrait. Donc je reste et quand les flics reviendront je leur demanderai comment l'arrêté préfectoral n° 81-10425 définit un portraitiste. Ils repassent deux heures plus tard. Entre temps, deux trois portraitistes sont venus voir ce que je faisais, respectueux de la démarche, l'un d'eux dira même à un petit groupe d'étudiants qui trouvent cela inutile et con : "c'est courageux ce qu'il fait".
Les flics sont de retour, pas très contents. J'essaye de discuter avec eux, de faire valoir mon point de vue sur ce qu'est aujourd'hui un portraitiste (et mon intention en produisant cette situation n'était pas de soulever cette question mais seulement d'activer une pulsion dépressive). On ne discute pas avec la police ; l'une d'entre eux me dit "arrêté préfectoral n° 81-10425 réglementant les activités dans les zones piétonnes", mais refuse de me citer un passage me concernant. Les passants s'arrêtent, se massent autour de nous, écoutent, les flics n'aiment pas ça, ils me demandent mes papiers, je ne les ai pas, ils décident de m'emmener pour un contrôle d'identité. Héléna arrive et prend une photo. Je remballe en continuant à argumenter, je cherche des appuis dans la foule, je vois Joël Hubaut mais ne peut me souvenir de son nom, je dis le montrant du doigt "vous pouvez lui demander à lui si je ne suis pas portraitiste en faisant ce que je fais!", il dit "hein! quoi ? qu'est-ce qu'il se passe ?" mais les flics m'emmènent. Dix minutes plus tard, je suis relâché sans P.V.

Lundi je me suis procuré l'arrêté 81-10425. Non sans mal : la préfecture, n'ayant pas que ça à faire "d'ouvrir ses archives à n'importe qui", m'envoie au journal officiel qui dit "on ne s'occupe pas des arrêtés préfectoraux", retour à la préfecture, monte, descend, insiste et trouve le bureau de la documentation qui dit "ben, oui, pas de problème, vous voulez que je vous fasse une photocopie ?" J'apprends qu'il faut faire une demande d'autorisation auprès des services du préfet. L'arrêté en question réglemente les étalages et terrasses sur la voie publique, en 15 articles dont la plupart précisent les dimensions des étals, des passages... l'article 3 stipule : "Conformément aux règlements sanitaires dans les voies et zones réservées aux piétons, hormis certains lieux et certaines heures déterminées par arrêté portant dérogation spéciale, les activités musicales et les attractions de toute nature sont interdites". Et l'article 5 : "Dans les mêmes voies et zones, aucun commerce non-sédentaire ne peut être excercé."
Donc ça ne me dit toujours pourquoi les flics ne m'ont pas demandé si j'avais une autorisation et pourquoi ils m'ont balancé cet arrêté dans les gencives puisque, apparemment, le parvis du Centre bénéficie d'une dérogation. D'ailleurs : dérogation pour le lieu, autorisation pour le portraitiste, lequel des deux a valeur de loi ? On me répond tout et n'importe quoi. À l'Hôtel de Ville, on me dit que seuls les peintres de la Place du Tertre sont soumis à une autorisation de la municipalité, que tous les autres sont illégaux. Je demande au Centre G. Pompidou : non, il n'y a pas d'autorisation délivrée aux caricaturistes et portraitistes de la Piazza (propriété du Centre). Dans les archives du Bulletin Municipal Officiel, je trouve l'arrêté 84-10422 réglementant les animations dans le secteur du centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, article 1 : "les animations bruyantes... blablabla... sont interdites" ; art.2 : "en aucun ces animations ne doivent gêner la circulation des piétons ni l'accès au centre ; les activités commerciales non-sédentaires demeurent interdites dans le périmètre conformément aux dispositions de l'article 5 de l'arrêté 81-10425" (voir paragraphe précédent-ndlr).

Vous avez compris : la vie est belle. Il y a une tolérance envers les portraitistes et autres démonstratifs du crayon, pinceau, pastel, aérosol, gérée au jour le jour par les agents de police pour que l'endroit ne soit pas encombré et garde un cachet artistique et bohême (louée en soit la préfecture!). …crire un nom sur une feuille A4 et se réclamer du portrait n'y est pour l'instant pas reconnue. Je tiens là une croisade, inutile et fatale, qui va m'occuper quelque temps et me permettre de ne pas faire les choses que j'ai déjà tant de fois remises au lendemain.

http://f.danos.free.fr/situation/index.html
J'ai fait une demande d'autorisation d'exercer le portrait au DCTC bureau n°1345 et je retournerai sur le parvis du Centre Georges Pompidou pour une situation #1 bis les samedis 26 octobre ou 2 novembre, suivant réponse. Même si négative.
Le commentaire de sitaudis.fr Frédéric Danos raconte ses démêlés avec la police sur le parvis du Centre G. Pompidou. Drolatique et édifiant...mais l'ère Sarkosy ne fait que commencer.