David Dumortier le cancre fier de lui.

Les Incitations

17 mars
2005

David Dumortier le cancre fier de lui.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
La "poésie" de David Dumortier n'arrive pas au niveau de l'écriture d'un Alain Souchon ou d'un Renaud et l'on n'en parlerait pas s'il n'avait bénéficié d'une page dans Libé (édition du samedi 12 mars) à l'occasion du Printemps des Poètes : sous le titre La littérature est à tout le monde, il reprend (si l'on peut dire au sens couturier) le concept de Ducasse et la pose du cancre de Prévert, c'est-à-dire qu'il écrit comme tout le monde, dans le style d'une rédaction de BEPC, les sentiments communs suscités par une semaine de journal télévisé, tout y passe de Florence Aubenas (Que veulent leurs ravisseurs?) aux sans papier (Il serait plus judicieux d'arrêter les néo-négriers qui exploitent ces clandestins. Quoi de plus simple?!!!) en passant par le referendum (je dis non, surtout quand on me donne que le choix de dire oui), non sans oublier de faire la promo de son dernier livre. Affligeant.
Le pire n'est pas de subir ce que Boris Pasternak appelait ces salves de philanthropie journalistique mais de constater que ces gens sans culture (ils ont rarement lu les poètes antérieurs au XIXème siècle) prolifèrent, ils sévissent dans les lieux d'éducation, de la maternelle à l'Université tout en reconnaissant qu'ils ne savent pas trop parler de (leur) art : comme ils ont choisi, selon l'immortelle formule de Jean-Pascal Dubost, de vivre en poésie, ce sont eux qui squattent les résidences (du Val de Marne et bonne manne à Amman) et animent les ateliers d'écriture! C'est ainsi qu'on les voit se mobiliser contre le tsunami et le sida puis accompagner des collégiens à Auschwitz, voyage au terme duquel seront lus en public les textes des élèves et leurs poèmes, bien sûr.
Tout cela est obscène, il faut le dire nettement.
Le commentaire de sitaudis.fr Coup de gueule, encore.