Le début d'un appel

Les Incitations

29 juin
2012

Le début d'un appel

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Bonjour,
grâce à l'importance de vos signatures, notre mobilisation bénéficie d'une très
bonne "couverture" médiatique (article de Grégoire Leménager sur BIBLIOBS, site de L'Humanité, article très favorable à notre cause dans Libération de ce vendredi par Louise Bastard de Crinay : Mort aux crédits pour la poésie ?).

Merci aux quatre écrivains sollicités par Mr Colosimo pour une réunion mardi 3, de s'être rapprochés de nous.
(cf. ci-dessous en PS, la réponse d'Alain Veinstein)
Aucune manœuvre, doucereuse ou d'intimidation ne saura nous arrêter.
Le champagne qui va couler ce vendredi soir au CNL, aura un goût bien amer
pour ceux qui croyaient trouver en notre sein
de masochiques scieurs de branche égarés dans le bas du Parnasse ; des couleuvres ont été avalées, elle sont désormais recrachées là où il faut.
v Notre action va prendre de l'ampleur parce que cette réforme ne concerne pas que la poésie et ses modes de perfusion,
c'est la vie même de la littérature dans ce pays qui est menacée par un dispositif de destruction que les plus nihilistes
détracteurs de l'art n'auraient osé fantasmer ; dans cette "globosphère" s'entrevoit le cauchemar d'un environnement monstrueusement débarrassé, défait de tout ce qui est mince, vulnérable, sans chiffre, peu visible.
Le CNL ne saurait être réformé comme on ne procède plus dans l'automobile : sans concertation avec les principaux concernés, les auteurs, les éditeurs et les professionnels du Livre.

Ceci est le début d'un appel,
merci de le diffuser à toute personne concernée.

Et merci de votre calme détermination.

Nathalie Quintane, Philippe Beck, Pierre Le Pillouër


PS
pour mémoire, la réponse d'Alain Veinstein (avec son autorisation) signifiant son refus de se rendre au CNL à la réunion du mardi 3 juillet, manifestant une tentative de division des pétitionnaires.

Depuis notre échange téléphonique, j'ai étudié le dossier qui doit faire l'objet de la réunion de mardi. Je dois vous confier que je suis en désaccord total avec le projet conduit par le CNL, qui ne tient aucun compte de la spécificité de ce que nous appelons "poésie". Ce n'est peut-être pas un hasard si tous les noms qui comptent aujourd'hui véritablement dans ce domaine se retrouvent au bas de la pétition que vous avez vue, quand bien même un certain nombre d'entre eux ne signent jamais de pétitions. Cette fois, l'enjeu leur a paru assez grave pour qu'ils fassent une exception et leur réunion dans ce combat est elle-même exceptionnelle. Elle appelle, me semble-t-il, d'être prise au sérieux. Il en va, pour nous tous, de l'avenir de ce qui nous rassemble aujourd'hui. Vous comprendrez, dans ces conditions, que je renonce à être présent mardi.Je ne vois pas la possibilité de prendre au sérieux (pour reprendre le mot) un projet qui, à l'évidence, ne l'est guère.
Veuillez agréer, M ……

Alain Veinstein

Le commentaire de sitaudis.fr Mailing adressé le 29 juin à l'ensemble des signataires de la pétition pour le retrait du projet de fusion des commissions du CNL.