Le Point Bérard par Stéphane Bérard

Les Incitations

02 nov.
2009

Le Point Bérard par Stéphane Bérard

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
La loi de Godwin provient du folklore Usenet, elle a été énoncée en 1990 par Mike Godwin :
« Plus une discussion sur Usenet dure longtemps, plus est forte la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler. »
Dans un débat, atteindre le point Godwin revient à signifier à son interlocuteur qu'il vient de se discréditer en vérifiant la loi de Godwin.


En quoi le fait de rappeler un fait historique serait-il soudainement devenu tabou ou frappé d'un tel interdit que cela «discréditerait» comme par enchantement la personne évoquant ledit régime ou le nom de son dictateur ?
Aussi, pour lutter contre cette sorte de révisionnisme ésotérique, j'ai décidé de signaler à tout interlocuteur qu'il vient, dans un débat, de se discréditer en invoquant le "point Godwin"... par la création du "point Bérard ".


Le point Bérard

Cette « loi » s'appuie sur l'hypothèse selon laquelle une discussion Usenet qui dure dans le temps amène peu à peu les esprits à s'échauffer et à remplacer les arguments par des insultes, ou à utiliser des arguments ou des analogies extrêmes. L'exemple le plus courant consiste à effectuer un rapprochement avec le nazisme, soit en comparant le thème de la discussion avec une idéologie extrémiste, soit en traitant son interlocuteur de nazi. Or, si le sujet de la discussion n'était en rien idéologique, il n'y aurait bien sûr aucune raison d'évoquer Hitler et le nazisme. A contrario, l'allusion à ce type de régime tendrait à prouver, qu'on en soit conscient ou non, que le thème abordé n'est pas si "neutre": elle révèle qu'il est bien plus idéologique ou politique qu'on le supposait. Une comparaison peut donc être parfaitement appropriée. Le "point Bérard", opérateur de dé-neutralisation, légitime cette comparaison.

Ainsi, lorsqu'un des interlocuteurs invoque "le point Godwin" comme finalement gagnant puisqu'il signerait la fin du débat et l'échec de la discussion, par le « point Bérard » on estime qu'il est temps de reprendre le débat - débat dont il sortira sans doute des outils de réflexions pertinents -, pour repartir sur des bases plus saines. On disait avoir atteint le « point Godwin » de la discussion ; ce point est maintenant invalidé grâce au « point Bérard ».