Le tri, n'est-ce pas... par Dominique Meens

Les Incitations

08 oct.
2002

Le tri, n'est-ce pas... par Dominique Meens

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Je reviens là-dessus parce que nous jetons, je dis bien nous, vous et moi, jetons les machins, plaquettes, tracts littéraires, avertissements et autres que nous recevons.
Quand je reçois les cartes postales du cipM, je les jette en ronchonnant, me disant que voilà beaucoup d'argent dépensé, mais songeant que le cipM ne tiendrait pas bien longtemps s'il n'avait pas toute cette production publicitaire à montrer aux élus de Marseille. Quand je reçois les listes d'œuvres à 2 euros 63 de Lucien Suel, cocher la case, je les jette, en me disant que c'est ridicule. Quand je reçois les papiers bleus, rouges, verts, jaunes, cerises, et j'en passe, de Bordeaux, la Cuisine de l'immédiat, je cherche à savoir qui a bien pu leur filer mon adresse. Quand je reçois les photocopies de Jean-Marc Baillieu, je les mets dans les toilettes, il y a de la place et je fais le vide tous les trimestres, ça me distrait de lire ça.
Aucun rapport avec les samizdat.
Aucun rapport.
Aucun rapport avec l'Equateur où les livres sont tous, tous, publiés à compte d'auteur. (je parle d'un pays que je connais, je suppose qu'il y en a d'autres)
Nous, nous, nous sommes submergés.
Je vais vous faire un aveu : je ne fais plus confiance en personne en ces matières, même pas à moi. Ferais-je confiance à un éditeur qui publie X, mais Y ? Vais-je faire confiance à X qui m'a conseillé Y, mais Z ? Et moi, moi, ne me suis-je pas surpris à lire W avec plaisir telle semaine pour en être dégoûté la semaine suivante ?
Dans ces conditions, le tri, n'est-ce pas...
Et n'est-ce pas là-dessus que compte précisément la submersion de notre enchanteresse démocratie libérale ? A savoir notre dégoût ?
Ce qui nous amènerait à reconsidérer la littérature du dégoût, nommément Thomas Bernhard, comme il l'a fait lui-même dans le dernier livre qu'il a publié, Extinction, dont les derniers paragraphes n'ont guère été examinés par la critique.
Le commentaire de sitaudis.fr Dans ce texte, Dominique Meens répond à notre critique concernant son acceptation de publier dans de très mauvaises conditions de fabrication et de diffusion.

Les autres textes de Dominique Meens sur sitaudis :