Matthieu Messagier post-surréaliste et surestimé.

Les Incitations

01 juin
2005

Matthieu Messagier post-surréaliste et surestimé.

On n'en finit pas de nous ressortir une actualité Messagier, c'est maintenant Richard Blin qui s'y colle dans le n° 64 du Matricule des Anges, évoquant une

poésie à l'état natif, plus à éprouver qu'à lire

Il y a au moins de l'honnêteté là-dedans, le journaliste avoue que ça ne se lit pas!
Ou alors c'est une épreuve...en réalité, ces livres (des centaines et centaines de pages), ne se publient que par la grâce d'un mythe déjà bien éculé, avec les hoquets du dernier descendant des hallebardiers du pape André Breton.
Né en 1949, Matthieu Messagier s'est fait connaître par la publication du Manifeste électrique aux paupières de jupes , (ce titre n'est-il pas suffisamment dissuasif?! Du Voyant aux voyeurs...) le 18 juin 1971 soutenu par le seul Alain Jouffroy, 5 pages dans les Lettres françaises ; ce fils gâté (et trop peu scolarisé) du peintre Jean Messagier a publié plus d'un livre par an entre 70 et 78 , chez de grands éditeurs (Bourgois, Pauvert , Seghers, Fata Morgana) ; plus récemment Flammarion a republié une partie de l' « œuvre » ; pour couronner le tout, la revue du cipM, CCP n° 6, lui a consacré un dossier !
Il vit retiré dans le Jura où il s'affirme ermite de l'ardent .Pour situer ce que d'aucuns persistent à considérer comme une écriture, disons qu'elle appartient à la mouvance du post-surréalisme décomposé ; passé de mode, celui-ci va-t-il revenir à la faveur de l'oubli qui galope inculte, comme les pantalons pattes d'éléphant et la déco psychédélique?
Lui et ses suiveurs n'ont fait qu'aligner quarante ans après leurs pairs, des automatismes verbeux sans invention, de lassants emboîtages de génitifs, des emprunts ou collages dénués d'intérêt, des transgressions faciles, des coupes opérées sans aucun sens du rythme et des images montées aussi mollement que les montres de Dali.
Le commentaire de sitaudis.fr Des livres qu'on peut éviter de lire.