Progrès de l'édition (suite) par Christian Bernard

Les Incitations

05 janv.
2009

Progrès de l'édition (suite) par Christian Bernard

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Le Seuil réédite dans la nouvelle série « Signatures » (ahah !) de sa collection « Points » le fameux Mason & Dixon de Thomas Pynchon. Au prix où sont les livres, on ne peut que s'en réjouir, même si ce volume au format de poche coûte 15 €, soit, tout de même, 100 de nos « anciens » francs - alors que l'édition originale de janvier 2001, dans la collection « Fiction & Cie », était vendue 180 francs (soit 27,44 €). Ces petits tours de passe-passe éditoriaux sont monnaie courante (et trébuchante). Ce qui, en revanche, ne l'est pas encore, c'est le nouveau palier qu'atteint ce volume dans le devenir-publicité du livre contemporain. Nous étions dès longtemps accoutumés à lire dans nos journaux des réclames où carillonnaient des sentences lapidaires subtilement prélevées dans la prose critique des mêmes journaux. Voici que la première de couverture devient à son tour un support publicitaire permanent. Aux informations d'usage, le Seuil a en effet cru bon d'ajouter cette brillante citation : « ìLisez ce Pynchon délirant, démoniaque, génial." Le Figaro » Notons que cette phrase n'est attribuée à personne. Le Figaro la signe. L'auteur n'est ici qu'un détail d'un tout éditorial, un rouage anonyme d'une entreprise de prescription esthético-idéologique. La voix de son maître. Et relevons que cette sentence impérative, cette injonction ternaire, anaphorique, semble toute écrite en publangue, prête à l'emploi médiatique. Chacun de ses adjectifs mériterait un commentaire. À quelles conditions, par exemple, délirant et démoniaque font-ils des critères pertinents pour juger d'un objet littéraire ? Quant à qualifier quoi que ce soit de génial, n'est-ce pas placer si haut la barre que toute discussion est par avance congédiée ? Je ne néglige pas l'hypothèse que le rédacteur du Figaro fût réellement enthousiaste, mais je retiens qu'en cédant ainsi au stéréotype, il parle dans le vide évasé d'un cornet et finit par scarifier le visage d'un livre qui n'en demandait pas tant. Encore a-t-il fallu qu'un éditeur, un communicant et un graphiste s'associent pour stigmatiser ainsi leur marchandise.