Annonce de Luc Bénazet et Benoît Casas par Emmanuel Laugier

Les Parutions

12 nov.
2015

Annonce de Luc Bénazet et Benoît Casas par Emmanuel Laugier

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

EnVoir

 

« Nous nous cherchions avant de nous estre vus »

Montaigne

 

« Le juste nom de l’amitié »*, tel qu’Olivier Jacquemond en titre et en analyse la portée dans son essai (“Pour une amitié sans visage”), s’il est tourné simultanément vers un destinataire reconnu, autant qu’inimaginable, appelle à lui, d’emblée, une logique où se réfléchissent fidélité et infidélité. Ce n’est pas la phrase supposée d’Aristote, rapportée par Diogène Laërce (« Ô mes amis, il n’y a nul ami »), qui ici vaut la relation entre ces deux instances possibles de l’amitié, de son enrichissement à sa trahison. Plutôt faut-il entendre dans ce que le nom d’amitié dit, l’acte initial d’une donation, réservée et pudique a fortiori lorsqu’elle se donne par la chaîne patiente, mais décidée, exigée, de l’écriture, ou de celle de s’écrire. Qu’est-ce que (s’) écrire, sinon sous-entendre un rendez-vous, espacé par le temps de l’annonce et de l’envoi eux-mêmes, ouvert par le temps de la réception et celui de la réponse. O. J. utilise, en passant par le philosophe Peter Sloterdijk, l’image d’une « chaîne épistolaire entraînant “copistes et interprètes dans son aura créatrice d’amitié” ». Tel est l’impression qui revient avec le second livre d’écriture commune, d’une amitié à l’encre sympathique, Annonce**, que signent Luc Bénazet et Benoît Casas. Une « aura créatrice d’amitié » par laquelle se tresse ce lien spécial entre un destinataire reconnu et avéré et ce qui en lui signe un au-delà méconnaissable. Envoi*** en amorçait déjà la possibilité croisée, s’ouvrant par des envois datés de l’un, il appelait le matériau répondant de l’autre, d’où une succession de lectures et d’écritures se faisant. Façon(s) d’étendre et d’entendre dans l’envoi deux politiques : la première, selon les mots de Jacques Derrida, suppose que l’ami ne le devient qu’à « l’instant où il aura lu cela, c’est-à-dire au-delà – à savoir où il sera allé, et l’on ne va là, au-delà, pour s’y rendre, qu’à se faire écriture en écrivant »**** . Alliance contre filiation dessinant un mouvement de sorti et d’espacement, comme celui du lien entre la lecture, l’écoute et l’écriture. La seconde perspective, ouverte avec Envoi, et poursuivie avec Annonce, dont la logique d’écriture suit celle d’envois simultanés, la pagination sur la double page croisant (selon la forme d’un X et par différenciation de justifications) les écritures amicales au lieu même d’une dissension. Ou de ceux d’écarts, survivants au centre du croisement des relations. Guattari, parlant de sa relation avec Deleuze, précise très finement ce second mouvement de confluence : « Il y a entre nous une véritable politique dissensuelle, non pas un culte mais une culture de l’hétérogénéité (…). La confection d’une machine de travail implique cette politique du dissensus ». Annonce, comme Envoi, mais encore autrement, en constitue le travail, selon un journal de questionnements où chacun (se) dit autant qu’il pose les lignes générales, déplacées, de l’écriture elle-même. L’habitude est sortie de la règle (nomos) par l’infidélité que trace et projette l’écriture comme procès. Y compris dans les rendez-vous que se donnèrent L. B et B. C. Nous entendons ce dissensus dans la trame discontinue et chiasmée de blocs de phrases se cherchant, entre réflexivité en apparence maîtrisée, et celle d’un dehors venu violemment distordre la voix qui y cherche son assise, filiale, fraternelle, solitaire : entendons-les, reconnaissables, s’appeler et se répondre : l’un écrit : « je me représente notre entreprise. comme une sorte d’étoile. qui à la fin sera lumineuse. peut-être./ en attendant. accuser la division. que deux se divisent en deux. » ; l’autre répond : « Mais une dispersion des choses dites que l’on ne peut pas, –/quand même elles ont justement nom commun ». Quel ? : celui du destinataire à qui la mort est donnée comme un impossible transfert : « 27 janvier. 1h50 : maman est morte. je prends la voiture. avec calme. par deux fois un lapin dans les phares. ». « Transfert mutuel », pourtant, ou « un envoi est une réponse. un envoi ne sait pas à quoi il répond. n’est pas une description. n’est pas une sommation. se fait sans intention. n’est pas signe. n’est pas trace. » Chaque phrase, ici, comprise dans son bloc injustifié, est travail commun d’une fidélité inventée et voulue. Elle appelle, « aujourd’hui au milieu des néons. dans la lumière des phrases. couleur lumineuse. tracés lumineux », la lumière « d’idiomes sans pouvoir ». « je ne sais pas ce qui se tresse. de quoi ces pages sont-elles le relevé ? et de quoi sont-elles l’oubli. », est-il encore dit, à la marge illisible de la disparition, autant qu’à celle de la diction reprise. Dans le temps donné de cela qui se cherche avant d’être su. Donnant donnant.

 

 

* Nouvelles éditions Lignes, 2011

** Éditions Héros-Limite, 2015

*** Éditions Héros-Limite, 2012

**** Sauf le nom : ed. Galilée, p. 28.