CCP n° 3

Les Parutions

16 mai
2002

CCP n° 3

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Après un assez bon dossier consacré à Emmanuel Hocquart, où même Espitallier parvient presque à brider son ego, c'est le capharnaüm habituel. On touche le pire avec les notes de Mariette Wattin,lectrice boulimique mais impénitente bavarde...il faut lire ce qu'elle a commis sur la bio de Rimbaud par Lefrère ou sur Ipoustéguy et se frotter les yeux pour y croire .Il n'y a que Burroughs qui lui permette de se situer un peu au-dessus du commérage littéraire. Du coup, j'ai cherché ses contributions au n° 2, c'était tout de même de meilleure tenue.
Les autres, tous les autres n'ont guère de mal à faire mieux. On a la prestation la plus infime, celle de Jacques Roubaud (p. 82), la plus intelligente, celle de Nathalie Quintane, la plus originale, celle de Bertrand Verdier, la plus complaisante, celle de Christian Prigent, la plus étonnante, celle de Charles Dreyfus, la plus scandante, celle de Nadine Agostini sur Prigent, la plus frustrante, celle de Pierre Le Pillouër qui ne parle pas assez des poèmes de Demarcq.
Enfin, il y a deux contributions détonnantes de Dominique Meens. Aaaaaaah Dominique Meens (ne manquez pas son Jacob sur sitaudis!).
Pleine de défauts, cette revue est en tout cas extraordinairement vivante, foisonnante, parlante et patente.