Deux ouvrages invendables de Christian Prigent

Les Parutions

07 nov.
2008

Deux ouvrages invendables de Christian Prigent



Une aube navrante et 104 slogans pour le 104







C'est un Prigent que l'on connaît bien depuis des décennies, le Prigent des poèmes courts, celui qui se libère d'un coup de sa puissante armure rhétoricio-critique au profit d'un bad writing émaillé de vers de mirliton étranglé, angoissé ; mais celui qui a écrit l'immense Commencement n'est jamais très loin, tournant autour de l'écriture comme le temps le plus tuant du moment constituant :

Le jour est levé :
Tout va recommencer.


Sous un titre emprunté à Rimbaud et non sans clins d'œil amusés à la tradition classique, le poète reprend cette thématique de l'émergence toujours leurrée/leurrante de la confusion d'où l'on vient et où l'on va avec l'allègre joie qu'autorisent les savant coups colorés, la magnifique aquaréelle de Serge Lunal.

En même temps, paraît un ouvrage par lequel l'auteur répond à une commande de la Ville de Paris dans le cadre du 1% artistique : réjouissons-nous de voir, pour une fois, un poète ainsi honoré, o gué !

Le 104, c'est le nouveau lieu branché de la Capitale, une inclusion d'art dans une zone habitée par les classes dangereuses d'aujourd'hui, dont on pourrait écrire, en décalant un des euphémismes mis en circulation, qu'elles souffrent aussi d'une mobilité réduite ; en quoi on s'étonne qu'elles ne suscitent pas autant de compassion que les fauteuils roulant !

Contrairement au beau livre édité par Jacques Brémond, 104 slogans pour le 104 c'est du dur et du hard, du post pongien qui fait tilt et kit : les vers /slogans sont livrés en version sonore (CD dit par le duo que constitue l'auteur avec son épouse et complice, la comédienne Vanda Benes) et en dépliant inclus dans un belle couverture cartonnée, avec leurs principes de conception, modes et outils de fabrication + fiches techniques.

Cette mise à plat du métier et de sa maîtrise, aussi ironique (l'écriture facile) et généreuse que didactique, met en évidence, de la même manière que le premier ouvrage recensé, l'écart angoissant entre les visées, les ressources du poète et la palpitation du nouveau que, malgré tout, il parvient à produire ; ces deux œuvres, si différentes formellement, sont toutes deux extrêmement justes dans les deux sens du terme, c'est-à-dire également dans le sens d'une faiblesse voulue, d'une debolezza qui sape l'empire des formes convenues, l'existant compact qui nous enserre (Negri).
Le commentaire de sitaudis.fr Une aube navrante
mis en couleurs par Serge Lunal
éd Jacques Brémond 2008
150 ex signés par les artistes au colophon
21 p.
(hors de prix)

104 slogans pour le 104
édité en 104 exemplaires par la Mairie de Paris (2008)
ouvrage avec CD (10 mns) et fiches techniques
non paginé
(hors de prix)