En désordre de Christophe Bruneel par Lambert Castellani

Les Parutions

21 oct.
2011

En désordre de Christophe Bruneel par Lambert Castellani

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1


en désordre :


couverture (par l'auteur) parsemée de bites discrètes (pas toutes).(un adulte qui continue à dessiner des bites ne peut pas être un mauvais bougre).

un qui peut le moins décontracté qui crie l'angoisse du qui peut bien plus entre les coins,

je le dis, c'est un inédit au ton modéré
sans explication satisfaisante
qui ne bouleverse pas la conception du texte en soi
nous ne vivons pas dans un monde abstrait
[... ]
et si tout ce qui est ainsi extraordinairement ordinaire
trouve par hasard quelqu'un pour en ressentir l'insolite ?


et tout s'affale, pfiout, visite guidée laissons aller à...

la destruction de la langue

ça y est
enfin !

un poème inédit d'un sybarite oxymore
pour la vie sans verbe ni sujet :
« Sous coupe Veau lente Et le chien pixel »


Voilà une voix !


voilà quelqu'un qui a le sens du rythme, du décal'son,
et preuve supplémentaire que les mots ne sont pas celle que vous croivez

recoin de mots = lieu de matière grise et de transferts neuronals, là où les mots ne meurent pas

montée en puissance, du yop yop yop,

et de la corruption du mot

crée !
crée une écriture sans descendance
dansent lettres polyc(hr)oniques
qui traduisent
mnémotechniquement
l'énergie primordiale
le vouloir dire
le pouvoir dire
[... ]
la pensée profonde chemisée
dans l'ombre de l'humidité de l'alphabet eeeeeeeeeeeeeeet
l'inscription de son fossé dans / dont les temps
grammaticaux enfouissent les couches profondes des
langues nouvellement nez de l'odorat caustique
c'est-à-dire
que l'image concrète
anticipe la lettre abstraite
=destruction du signifiant, apologie du leurre
= bobonne consomme les consonnes ; le désir enveloppe les voyelles
[... ]
On est très loin du mot



Très loin du mot, et pour s'en racoquiner...

prenez position contre tous les genres de poésie
remis à neuf
au botox (l'intox du beau) textuel qui a comme
recette

- une pléiade de clichés sucrés
- une armée de lieux communs huilés
- un pot pourri de rimes de déprimes anxyolisées
- des revendications implosives pourries
- de l'héroïsme passe-partout planifié




Et si ça vous dit,



...



j'ai des noms !

Retour à la liste des Parutions de sitaudis