font 5 d'E. E. Cummings (traduit par Demarcq) par Jacques Barbaut

Les Parutions

29 mars
2011

font 5 d'E. E. Cummings (traduit par Demarcq) par Jacques Barbaut

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1



5
cinq




Il y a quatre-vingt-quinze « pages-poèmes »
- un « bookofpoems » -, spatialisées, toutes émotives, intensives, inventives - quel plus bel (ad/ob)jectif ? -, jouissives (« et partout toi tes baisers ta chair ton esprit respirant / à côté au-dessous autour de moi » [III, 7]), lumineuses, qui chacune font naître une scène (« en pointillé les millions de fenêtres de milliers de maisons / Lisbonne. Comme le crépitement d'une machine à écrire » [III, 5]) : is 5, publié en 1926 (traduit pour la première fois en français, comme l'on dirait dans une langue neuve, autre, quatre-vingt-cinq ans après, donc - « rien ne s'attarde / qu'un bref instant / ainsi que la rime et le rire / ‘ ma dame » [IV, 10]), articulé en cinq sections (dont I, 1 & V sont deux quintettes de sonnets - ainsi font font font... ) : soit le cinquième livre d'E. E Cummings : un printemps, du soleil & les phases de la lune, des caractères, des corps & des souri(re)s.

& il y a la postface de Jacques Demarcq - enluminée, illuminante, enchanteresse, en double bande : une possession ? -, savante et documentée, où en effet un manchot file-glisse-vole-dans-l'eau. & où l'on vous remontrera - entre 1 000 - strip-tease (« dolorès / carrossée comme une Rolls / Royce » [I, 3]), orgue de barbarie, shimmy, jazz et montreurs d'animaux - « Oh un singe à l'air malin se dandinant prudemment » (III, 3).

& pour ceux - car il y en a - qui douteraient encore que poésie-instaure-un-genre-nouveau-de-perception (& pas uniquement arithmétique-économique-statistique - « une jolie fille déshabillée / vaut mieux qu'un million de statues » [I, 18]), il y a - pour introduire - un bref avant-propos (demandé par son éditeur) qui est un éclatant bijou d'humour pur dont la fin est citée ici pour vous inciter à tout recommencer (depuis le début) :

« C'est avec les roses et les locomotives (sans parler des acrobates du printemps de l'électricité de Coney Island du 4 Juillet des yeux de souris et des chutes du Niagara) que mes ìpoèmes" veulent rivaliser.
« Ils rivalisent aussi entre eux, avec les éléphants, et El Greco.
« D'être inéluctablement préoccupé par Le Verbe donne au poète un avantage sans prix : alors que ceux qui ne font pas doivent se contenter du fait proprement indéniable que deux fois deux font quatre, lui se réjouit d'une vérité proprement irrésistible (qu'on trouvera, sous une forme abrégée, sur la page de titre du présent volume). »