Jam Jam de Véronique Vassiliou par Frédérique Guétat-Liviani

Les Parutions

05 mars
2016

Jam Jam de Véronique Vassiliou par Frédérique Guétat-Liviani

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

 

 

Jam Jam c’est son nom. V.Vassiliou, l’auteure, dit que c’est un journal.
Moi, Jam Jam je l’entends plus que je ne le lis.
Jam Jam , livre pulsatile, qui sous un air enjoué, nous entraîne dans sa gravité, son humour, sa mélancolie parfois.Comme dans un film de Resnais, V.Vassiliou semble siffloter tout en démantelant la linéarité narrative. Elle fait cela élégamment, sans prendre la pose.
L’air de rien, Jam Jam nous parle du déclin, de l’aléatoire, de l’engendrement et de l’effacement.
V.Vassiliou n’en demeure pas moins souriante et sa langue chantante.
Tick Tock Croc donne le Tempo, gueule ouverte. Effrayant, néanmoins comique.
L’impromptu est quotidien, c’est pourquoi Elle tiendra ce journal.
Le Temps presse, il faut aller vite, très vite.
Aussi vite que la lumière qui dilate le Temps.
Le rythme s’accélère, des bribes de chansons se mêlent à d’autres bribes, pensées et conversations coagulées.
Le texte se contracte tandis que le Temps s’évase. Le sablier apparaît.
Elle devient alors la figure de la mesure.
C’est Elle qui infiltre le Temps et archive la minute de son procès.
Elle ne compte pas ses heures, note sans relâche les intervalles et les distances entre les instants qui nous séparent insidieusement de nous-mêmes, nous transforment en témoins du passé.
Elle court beaucoup, souffle sur la poussière déposée, conjugue quelques Temps simples, puis préconise un futur qu’ Elle prétend antérieur, cependant l’abandonne le lendemain même.
L’à venir se dévoile à Elle en Temps réel. Le transitif attend son objet qui n’est déjà plus là.
Doris Day tente de fredonner Que sera sera whatever will be will be mais le bruit du réveil avalé couvre sa voix. Aznavour est tout jeune, il chante déjà.
Elle s’entoure maintenant d’instruments de mesure pour l’aider au constat : les plantes continuent de pousser, les planètes de tourner, les voitures de rouler, les portables de sonner, l’inspecteur d’enquêter.
Le 2 mai, le Temps est suspendu de ses fonctions. Le journal interrompu. Le renversement du sablier se fait silencieusement.
Elle inscrit la liste formulaire devenue litanie.
Bout à bout, les mots prononcés sont pressés. Vont-ils enfin nous cracher leur secret ?
Puis Elle nous livre sa partition.
Maintenant c’est à nous lecteurs, d’interpréter l’Instempstané.

En prenant le Temps d’écouter les multiples voix de Jam Jam.