La vie des systèmes de Franck Houndégla par Jean-François Gavoty

Les Parutions

04 oct.
2005

La vie des systèmes de Franck Houndégla par Jean-François Gavoty

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Le titre est apparemment bien pesé : singulier, pluriel... l'allusion légèrement biocybernétique est relayée à la lecture par une impression de frontalité douce. L'onirisme affleure. Les petits récits suspendus côte à côte promettent un développement fictionnel juste avant de s'interrompre...

En faisant équipe avec l'artiste Thierry Costesèque, Franck Houndégla investit le creux du livre. Les auteurs semblent s'être retrouvés (et nous invitent) autour d'un doute partagé : ce que je vois peut-il réussir à être une image ? «a donne l'impression de faire des roulades sur le versant où apparaissent les formes, plutôt que sur celui où s'empilerait le sens. Il s'agit de représentation, mais les catégories sont dans leur désordre primordial. Pour suggérer « systèmes » un sourire se construit ; pour maintenir la vie, les auteurs contournent, par le choix du détail, toute posture d'extériorité au monde.

Débordant les cadres que semblent être les titres de chapitre (ici ; déplacement ; là-haut ; Hommes, objets ; animaux ; des systèmes ; un aultre tableau de main ; designs), c'est la plasticité simple d'une image posée-retenue qui établit la distance prise avec les jeux hiérarchiques, la perspective centrée ou les postures critiques.

Pour les textes qui approchent l'urbanisme, le projet d'architecture ou de design, le télescopage est décapant. Lorsque affleure l'Afrique, avec une mobylette ou Jeanne d'Arc, on perçoit combien le toucher est pénétrant. On perçoit aussi ce qui se joue par la forme comme geste concret de déconstruction du cliché journalistique, des analyses préconçues.

Plutôt que des lignes liant des ensembles culturellement cohérents, lignes Nord-Sud, Sud-Sud, Est-Ouest, ou des frontières continentales, des limites ville-campagne, Franck Houndégla joue de pointillés. Chaque paragraphe se présente comme un petit seuil franchi, vers l'intérieur ou l'extérieur ; c'est variable et parfois indécidable. Connectés, ils s'articulent comme des engrenages en kit pour divers rituels (historien d'art, designer... ) : plusieurs temps-mémoire incarnant ce que notre culture est en situation d'offrir quand la notion de territoire atteint un état gazeux.

Appelons ça : « écrire dans l'espace », dans notre espace tissé de techno-consciences, de misère et de projets. Et faire l'Indien.
Le commentaire de sitaudis.fr …ditions Comp'Act, 2005
160 p.
20 €