Les Années 70

Les Parutions

07 déc.
2002

Les Années 70

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Un volumineux catalogue un peu lourd à manier, (pourquoi ne pas faire figurer les indispensables notes en bas de page?), à l'iconographie superbe mais qui vaut surtout par le texte remarquable de Maurice Fréchuret, historien d'art bien connu ("Le mou et ses formes" est quasiment un best-seller dans sa catégorie) et conservateur en chef de ce lieu phare des années 70, époque de splendeurs, misères et courtisaneries diverses (ère Froment-Chaban). …dité en livre, ce texte serait plus accessible à tous ceux qui ont besoin de tirer le bilan esthétique d'une période où il était davantage question de politique et d'éthique. Sans la moindre nostalgie, Fréchuret analyse dans une prose d'une élégante simplicité (école Debord) les œuvres non par mouvements mais, grâce à une attention soutenue (école Aby Warburg), par regroupement dans l'une de ces cinq grandes catégories ("perméables") qui font repères dans l'histoire de l'art : le corps, la matière, la surface, l'espace et le texte. Même si, pour ne pas échapper à la règle du genre, on déplore quelques absences, les poètes n'ont pas été oubliés (à la page 277, dans une chronologie littéraire établie par Bernard Dulle et François Guillemeteaud, on trouve en effet, non répertoriés dans l'index, des traces significatives de Guyotat, Verheggen et Savitzkaya...mais pas de Prigent ni de Novarina)
Pas seulement reflet ou trace d'une exposition remarquable, le texte fait preuve d'une singulière pénétration dans l'étude de la matière, des détails (école Arasse) mais aussi d'une rare intuition des processus de création. La plupart des œuvres choisies, tout en s'insérant dans les cadres muséographiques qu'elles avaient contestés, gagnent à cette lecture ouverte comme celles de Gina Pane par exemple, de Jean-Michel Meurice ou de Roman Opalka. Jugée trop intellectuelle par les uns ou trop politiquement correcte par les autres (dans une formulation même plus infâme par un journaliste de Libé que bien peu d'artistes estiment et au jugement aussi douteux qu'incohérent), cette exposition-bilan ébranle les certitudes, défait les caricatures mais surtout nous touche dans ce que nous avons de plus CHAIR et permet de mieux nous comprendre dans notre époque : école Fréchuret.
Le commentaire de sitaudis.fr "l'art en cause" par Maurice Fréchuret
capcMusée d'Art contemporain de Bordeaux
RMN
40 €