"Marcher, créer" par Thierry Davila.

Les Parutions

03 mars
2003

"Marcher, créer" par Thierry Davila.

éd. Regard (1 rue du Delta- 75 009 Paris)
Distribution Seuil
192 p.
30 €



Lors d'une de ses déambulations dans Petersbourg, ville souvent malodorante parce que construite sur des marais et dont "les rues mêmes sont comme des chambres sans fenêtres", le regard de Raskolnikov saisit un jeune homme en chemise rouge qui baîlle à l'entrée d'un magasin de farine : détail ignoré du lecteur pressé qui n'y perçoit qu'une chose vue visant à produire un effet de réel mais en réalité image on ne peut plus dormante et signifiante, bien propre à une lecture freudienne. Et Dostoïevsky pense la ville moderne comme une construction dont le but serait d'oublier Dieu.
Mais la mégapole contemporaine, où le cadavre divin ne se disperse même plus dans les rebuts collectés par le chiffonnier baudelairien, met peut-être en cause la croyance même au monde : le livre de Thierry Davila se clôt sur une citation de Deleuze dans laquelle celui-ci affirme que cette croyance est " ce qui nous manque le plus". Car ce brillant essai sur les "déplacements, flâneries, dérives dans l'art de la fin du XXème siècle" n'est pas seulement une claire présentation des travaux-parcours de quelques "piétons planétaires" tels que Gabriel Orozco, Francis Alys et le groupe romain Stalker, ni une mise en pespective historique d'une cinéplastique pensée comme "une façon de mettre en mouvement, de déplacer, pour produire, inventer des sur-prises et fracturer le réel, l'ouvrir à une autre invention"; c'est aussi un très stimulant essai sur notre rapport à la déambulation dans l'espace-temps d'aujourd'hui : ces artistes y ont ouvert des insterstices pour le jeu, la fiction et la liberté.
Le commentaire de sitaudis.fr un livre d'art que tous les poètes doivent lire.