Monstrueuse de Jean Daive par Matthieu Gosztola

Les Parutions

29 mars
2015

Monstrueuse de Jean Daive par Matthieu Gosztola

 

Quatre horizons

quatre Minotaures

 

dédale voûté – il relie

 

je retiens

mon nom

 

et pas de nom, car –

 

la conjugalité est miaulée :

 

« Mmmm » –

 

Les chats passent

ce sont les gardiens du calme

ils transportent avec eux

l'indécision perpétuelle du soleil

sur les pierres

 

                        c o m m e u n m u r m u r e de s o u r c e s u r d e s g a l e t s é p a r s

 

ils s'oublient avec leurs sommeils

et leurs étirements

sont une façon de nous rappeler

que la grâce

est douce heure

 

A                                         (lphabet)

lors

Écouter le son des cloches

            la paisible respiration des plaines

écouter

            dans sa marche au-dedans de soi

et dans sa marche au-dehors 

                                                : de : je

           

            & songer à A

commencement de                  toute pensée & fin de toute pensée

                                                                      V

ce commencement A                                     I

                                                                      E

            A

            E                  t brûler

 

Brûler

car il brûle

du feu de –

 

le son d'une cloche après le son de sa voix

 

il passe la main, il passe le mur

[...]

 

il suffit de se jeter dans le feu

dans le fleuve

 

contre soi

 

Rejoindre les eaux – être emporté par le furtif glissement

                                                                 

                                                                 *

                                                              d'1 chat

                                                                          d'1 portion

                                                                                            de l'espace

                                                                                                           à 1 autre


Eaux

usées jusque dans

mon sommeil agité

 

ça parle :

 

« Est-ce que je peux compter sur toi ? »

demande l'homme à l'enfant

 

« Oui, si c'est ce que vous attendez de moi »

répond l'enfant à l'homme qui n'est pas son père

 

A

lors il ExistE il y a

REstE la musiquE                    & le silEncE

 

quand rejoindre est (s')impossible

 

Je garde l'endroit

dans le silence

 

je coupe le bois

taille une flûte

 

je perce les trous

le plus loin de l'embouchure

 

le son est de travers

et j'aime

            entendre le souffle écorché

 

quand il n'y a pas d'écho

je joue avec les résonances