Poétique. Remarques de Jacques Roubaud par Jacques Barbaut

Les Parutions

14 juin
2016

Poétique. Remarques de Jacques Roubaud par Jacques Barbaut

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
 

« Ce volume rassemble un demi-siècle de réflexions dans une forme particulière de prose que j’appelle remarques. »
(J. R., « intro »)

« La poésie est dans sa langue comme le poisson quantique. »
(id., 3126)

 

 

poétiques remarques

 

 

        • Comme pour nombre de — comme pour tous ? — ses livres importants (,le grand incendie de londres’ [2009, 2 009 pages], La Dissolution [500 p. en 9 couleurs], Description du projet, C et autre poésie [1962-2012]…), ce présent volume intitulé Poétique. Remarques — sous-titré « poésie, mémoire, nombre, temps, rythme, contrainte, forme, etc. » —, est strictement numéroté (au sens d’une numéro-logie).
        • « Idée du langage comme calcul. […] On peut explorer l’idée d’une vérité poétique comme calcul. » [1297]
        • Soit 4 755 remarques (« La dernière remarque ne remarque rien que le fait qu’elle est la dernière remarque »), généralement courtes, distribuées en quinze sections [de A à REM-O] de 317 rem.
        • ( incise : ) Jacques Roubaud a écrit, ailleurs, autrefois, en @, « Le Nombre d’Opalka » :

        « Roman Opalka aura fait ce qu’un homme pouvait imaginer faire de plus immense pour approcher l’idée d’infini, de l’infini dans le fini du temps, par des moyens non discursifs, non mathématiques, irréductiblement personnels mais en même temps donnés à tous, à nous.
        « Un monument. »


        • On reprend, dans l’ordre du sous-titre :
        — poésie : « La poésie est l’énigme de la langue et sa chute donne naissance aux mystères de la pensée » [r. 1386]
        — mémoire : « Les arts de la mémoire créaient un solide, une architecture dans le champ mnémonique. C’est un des liens du nombre pythagorique à la mémoire. » [1396]
        — nombre : « Les nombres réveillent la mémoire. »
       
temps : « (recherche du temps perdu) : Il n’y a pas de temps perdu. On ne perd pas ce qu’on ne posséda jamais. On ne peut pas non plus le retrouver. » [1528]
        — rythme : « Il a la poésie dans la peau. »
        — contrainte : « Les contraintes ruinent les énigmes » [2533]
        — forme : « Ces remarques sont [s]on journal intime »
        — etc. :
        « 
Finnegans Wake est une escroquerie théorique : les langues ne sont saisies que par leur lexique. La syntaxe est d’une banalité anglaise écœurante » [1488].
        « L’emploi du Zyklon B est interdit aux usa pour les exécutions capitales. Il serait inhumain. » [4157]
        • ( facétie ? : ) La remarque n° 1677 a été supprimée ; ( ni datées, ni unifiées, ni corrigées, mais : ) les remarques 4417 à 4438 ont été supprimées.
        • Si « l’hiatus le plus virulent est celui de deux voyelles identiques », l’exemple donné par J. R. est : « nu ustensile ».
        • Pour apprécier à sa juste mesure la complexe, démesurée, monumentale, vertigineuse — j’invoque ici où-je-le-peux Merlin & la matière de Bretagne, « plusieurs et sur plusieurs générations », qui inclut « contes, fées, héros et épées » —, œuvre de J.R. — « poète en activité et mathématicien à la retraite » —, il faut sans doute aimer compter sur ses douze doigts et savoir entendre ou voir passer les « e » muets — question d’o(r)eil(le).
        • J. R.-remarque : « J’appelle aurale la forme-mémoire interne liée au sens de l’ouïe. » [985]

        « Le saint ressemble aux chats, qui sont de grands spécialistes du penser à rien. » [2756]

        • Renversant cul-par-dessus-tête une proposition de Lautréamont (Poésies II), le comte : « La poésie doit être faite par chacun, non par tous. » [2219]
        • Ajoutant que c’est bien le roman qui est fait par et pour tous.
        • La bibliographie présentée en fin de volume comprend (±) soixante-un items.
        • Il existe des remarques rédigées en langue anglaise, telle : « A very old man in the B.N. reading Guerre totale à la vieillesse and muttering. » [2897]
        • Beaucoup de sigles, d’acronymes, de jeux avec les initiales, de noms de codes : le vli (vers libre international), ou le VIL (Vers International Libre) [& est-ce le même ?], vme (la Vie mode d’emploi), les CMMP (Cent Mille Milliards de poèmes), le gril (‘le grand incendie de londres’, tel qu’on voudra bien l’orthotypographier), l’ECOPROF (économie de profit), l’IVIMON (idée du village mondial), le TONUTRIN (tout numérique à transmission instantanée), la TRAM (théorie du rythme abstrait métaphysique), laquelle est à distinguer de la TRAm (théorie du rythme abstrait mathématisée), le virus et le vian, la poform (poétique formelle).
        • Ce qui peut donner : « Écrivez en glam (grande langue molle) et vous serez glamour. »
        • En « langue muesli », ou en « muesli-langue » : flamby, flapi, mou, vague et imprécis, underhanded, shifty, bland, hypocritical at all times…
       • Généalogie revendiquée : Troubadours > Rhétoriqueurs > Oulipo.
        •Tonalité mélancolique crépusculaire : la poésie quant à son économie, son statut et ses sombres avatars et devenirs (: la chanson, la publicité, le readymade).
        • 3337 et 3339 :
        « La mémoire préserve. Elle conserve, elle met en conserve, en confitures, en monuments, le passé. La poésie préserve la langue. Met en conserve, en confitures, en monuments, le passé d’une langue. »
        « Aujourd’hui, la poésie manque et le paysage de la langue est dépeuplé. »


         • Brisons-là puisque :
        — « Hypothèse vingt de la poésie : la poésie est essentiellement non paraphrasable. » [1255]

 

  • Dernière remarque :
    Poétique. Remarques : si le premier mot est bien un « complément » du second — soit « des remarques de poétique » —, sans doute aussi cet objet s’exerce-t-il au genre d’une « poétique des remarques »,
    ou d’une « poésie de la remarque ».

____________________________________________

N. B. : Manquerait l’index des noms propres.

Quatre mille sept cent trente-neuvième remarque :
« Un nom de poète est un nom, linguistiquement,
sur-propre. »