séries de F. van Dixhoorn

Les Parutions

24 nov.
2009

séries de F. van Dixhoorn

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
La préface de Erik Lindner (dont on peut entendre la voix sur le site du cipM et la bien médiocre lecture de la traduction par Vanina Maestri), est éclairante pour peu que puisse être éclairée une œuvre comme celle de F. van Dixhoorn. Par toute une série de fragments limpides, objectivistes, humbles et documentés, Lindner approche sans pose la poésie de van Dixhoorn et sa réception aux Pays-Bas ; il évoque l'auteur plus brièvement, nous apprenant qu'il est né en 1948, d'où l'on déduit qu'il a 20 ans de plus que son préfacier.
Etonnant et trop libre pays ! Imaginez, pour transposer en France ce décalage de génération, Christophe Hanna qui préfacerait Jacques Demarcq ...
Extraits de la préface, dans l'ordre de la lecture, choisis en fonction de leurs vertus informatives, d'ailleurs presque tous collés dans la 4° de couverture :

... Cette traduction (de Kim Andringa, n.d.l.r.) réunit l'intégralité des trois premiers recueils de F. van Dixhoorn en un seul volume...

... Van Dixhoorn a toujours été confronté à des critiques qui insistent longuement sur le fait que son œuvre leur pose problème...

... cette poésie se compose en effet d'un enchaînement de réflexions, questions, ordres, anecdotes, idées, impressions, rimes, devinettes, blagues, chansons, observations, remarques, expériences, constatations, définitions, affirmations, et coetera.


Plus loin :

Des thèses : "rien d'aussi instructif/qu'un objet cassé".

Indéniablement cette poésie attire et intrigue, relance d'autres questions.
Pourquoi n'est il nulle part fait mention, hormis l'initiale, du prénom de van Dixhoorn ?!
Pourquoi Erik Lindner, qui est bilingue et poète, n'a-t-il pas traduit lui-même F. van Dixhoorn ?
Cette poésie, pour n'en pas finir, autorise moins d'affirmations, risquons celle-ci :

Dans la série de titres figurant sur la (belle) couverture, il y a deux fois le mot "moulin".
Le commentaire de sitaudis.fr éd. Le Bleu du Ciel (2009)
201 p.
20 €