Théorie des mots croisés de Jacques Drillon par Christian Désagulier

Les Parutions

13 juin
2016

Théorie des mots croisés de Jacques Drillon par Christian Désagulier

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

Voici un ouvrage qui lève un coin de la grille et donne, savamment comme gaiement, à réfléchir..

Qui n'a pas encore lu le Traité de la Ponctuation, lequel ouvrage redonne ses signes de noblesse au ., à la , comme au ; et au ? s'y précipite et poursuit par la Théorie des mots croisés..

Sous-titré Un nouveau mystère dans les lettres, c'est dire qu'il se situe à mi-chemin de Baudelaire traduisant Poe et de Gaston Leroux, tant la résolution d'une grille de mots croisés est une enquête à la recherche d'une lettre volée dans une chambre jaune où un corbeau mallarméen est pris au piège..

Jacques Drillon, à mi-chemin de l’enquêteur Dupin et de Rouletabille, entre autres exercices d'écriture tels que les requiert la profession de journaliste, exerce celle de verbicruciste pour un grand hebdomadaire depuis près de 15 ans, verbicruciste : "mot fort laid qui a l'on ne sait quoi du petit crustacé des mers australes. Il est vrai que cruciverbiste ne vaut pas mieux"..

C'est dire que la lecture de ce livre où chaque point de théorie trouve pratique illustration est réjouissante..

Les mots croisés ont une histoire qui débute par les carrés magiques romains au début de l'ère chrétienne jusqu'à prendre la forme de grille qu'on leur connaît avec l'apparition des cases noires en Angleterre au début du XIXème siècle (noir de charbon?) : elle est racontée en détails..

"De même que l'invention du blanc entre les mots constitue le premier signe de ponctuation...". Une grille en somme ponctuée de cases et noires..

Une fois convoqués et dénichés, arrangés façon scrabble ce cluedo, le devoir accompli en s'aidant d'un pourcentage variable de cases noires suivant le niveau du verbicruciste (7% c'est à dire 7 noires pour 100 cases dans le cas d'un professionnel de la trempe de Jacques Drillon), il faut alors trouver une définition sibylline pour chacun des mots communistes en lettres..

La situation des deux protagonistes est comparée à celle du Sphinx s'adressant à Œdipe, à qui l'on aurait facilité la tâche en lui révélant le nombre de lettres qui composent la solution de l'énigme "pour obscure qu'elle soit, aussi précise que possible"..

D'autres métaphores sont invoquées : "Les mots croisés sont une lutte entre deux personnes, le verbicruciste et le cruciverbiste, entre deux esprits, deux logiques, comme dans le jeu d'échecs, qui d'ailleurs se pratique aussi sur une grille faite de cases noires et de cases blanches"..

Chaque définition constitue un défi lancé au cruciverbiste d'en pister le mot pour le mettre en cage, puis toutes captures faites, ouvrir la grille pour le remettre en liberté à coups de gomme dans le pré vert..

A cet égard, Jacques Drillon regorge de tours de passe passe pour mettre le cruciverbiste sur la piste : "La bonne définition attaque le mot de deux côtés à la fois, donne deux indications qui se confirment mutuellement, établissant une convergence en trois dimensions... Lorsque tel verbicruciste fort surévalué définit ALI par Baba, il pèche gravement...Il fallait trouver un second indice pour préciser le premier, le confirmer, et tendre un vrai piège, à la fois plus sûrement et moins lâchement. Ne fût-ce que Baba au sésame."

Pour en revenir au blanc, si c'est bien un signe de ponctuation, que l'on me permette d'en déduire qu'un poème minimaliste serait un poème fait d'un signe unique et répété à l'envi dont les mots, par un renversement épistémologique, auraient alors statuts de signes de ponctuation, sinon de mots fléchés, qui est une variante des mots croisés.. Un lac de signes glacé, une banquise où leurs pattes seraient prises dans la glace, les mots battant des ailes pour se délivrer de l'emprise.. mais c'était avant que l'on parle de réchauffement climatique et que ce dernier favorise la repousse des cous coupés du lyrisme..

« Une seule solution possible à une énigme, mais plusieurs énigmes possibles pour une solution, et même, en principe, une infinité d’énigmes possibles… Nous retrouvons là une des caractéristiques de la traduction d’une langue dans une autre… La définition de mots croisés est une sorte de traduction puisqu’elle fournit un équivalent du mot à trouver. » La traduction d’une langue dans une autre, depuis ou vers la langue maternelle, qu’elle s’appelle thème ou version en traductologie, lequel terme proche de proctologie - cruciverbalement s'entend - est un mot également "fort laid".

Ainsi, Jacques Drillon nous conte-t-il l'origine de l'expression donner sa langue au chat : "- expression droit venue de la tradition égyptienne : à l'issue d'un combat des chefs, qui s'affrontaient précisément à coups d'énigmes, on coupait la langue du perdant, et on la donnait à manger au chat." Traductrices, traducteurs, cruciverbistes en tous genres, que cela ne vous coupe pas ... l'appétit ... qui revient en mangeant..

Mais "Encore une fois, les mots croisés sont un jeu pour celui qui les résout, non pour celui qui les compose", un jeu c'est à dire un moyen de tuer le temps, notre père, à s'en crever les yeux tandis que composer une grille de mots croisés, un poème, est un moyen de lutter contre en faisant le sphinx..