Lai del ragionare lento. par Lello Voce

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Lai del ragionare lento. par Lello Voce

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
CosÏ non va, non va, non va, ti dico che cosÏ non va: come una supernova
esplosa come un astro strizzato di fresco come la tua bocca stanca e tesa
accelerata come particella ora non so più nemmeno se sia una stella o invece
pajette incollata allo sguardo scheggia di diamante che ti fora le pupille o
desiderio di luce che sfarfalla all'orizzonte dell'ultimo oltremondo viaggio
condanna che ci danna panna acida che ingozza la parola che ora già ci strozza
perché cosÏ non va, non va, non va: è ormai soltanto un buco nero di sentimenti
e fiati amore addomesticato casalingo come un tigre prigioniero o invece credi
che dovremmo dimissionare l'anima e restar lÏ a vedere se alla fine ci sarà il
premio il lingotto la crociera che ci crocifigge lo sforzo che infine ci infigge nel
ricordo lo share di un suicidio spettacolare e notiziabile sintesi ultima dello scibile
di noi genere umano di noi genere estinto di noi umani generati usati rottamati

(se ti parlo ormai non mi parlo, se mi parlo ormai non ti parlo e se ne parlo credimi
è solo perché nel fiato che si elide in pensieri resta la nostalgia di quando era ieri)


CosÏ non dura, non dura, non dura, vi dico che cosÏ non dura: qui si muore di fame
e d'obesità si muore di ricchezza e povertà, si muore di solitudine e rumore si muore
in nome di Dio per liberarsi di Dio si muore per il solo gusto di farlo e sentirsi anche
solo per un attimo Dio e io che qui trafitto stringo al petto tutto il mio disfatto me
straccio il contratto e già tremo nel tirare il dado credetemi vedrete che alla fine della fine
saremo colpevoli nostro malgrado e ci saranno fiumi inutili di sangue e inchiostro mostri
perché cosÏ non dura, non dura, non dura: forse saranno gli uccelli o un brulicare d'insetti
o gli occhi stretti delle belve degli esseri striscianti delle selve né ce ne saranno in salvo
ma ce ne saranno invece di feroci dal cuore calvo e le mascelle strette a digrignarci le
colpe a morderci l'anima al garretto a strapparci confessioni torturate dal privilegio a
dettare l'ultimo florilegio lo spasimo ironico che con un rutto dirà punto e basta che
dell'ultimo distrutto farà monumento del lamento sberleffo sentimento spento tormento

(se vi parlo ormai non mi parlo, se mi parlo ormai non vi parlo e se ne parlo credetemi
è solo perché le parole sono il ritmo della riscossa insulto autismo acre che dà la scossa)


CosÏ finisce male, male, male, gli dico che cosÏ finisce male: perché ormai non ci sono
più perché né parole adatte allo sbigottimento né attimi d'innamoramento né voglia di
vento perché si vive di spavento contento di buio a cinque stelle di corpi senza pelle di
cielo senza faville di mascelle serrate di maschere clonate si vive d'ignominia e falsità e
il male è un ovvietà un'abitudine è un luogo comune un vestito rozzo e tozzo sul futuro
un muro duro e scuro scudo transazione emozionale investimento sentimentale senza sale
perché cosÏ finisce male, male, male: e non vale il trucco dell'opulenza né quello bieco
della scienza non vale il Dow Jones che sale non vale la conquista dello spazio e nemmeno
la commozione per lo strazio né le viscere immolate all'eterna sordità del cielo solo forse
strappando il velo forse scavando fino alle radici del melo e del canto comune dell'aspro pelo
e del gastrico gonfio di gas e bugie gonfio di cibo e bolo e chimo e chilo dopo chilo dimagrirsi
il profitto sino a renderlo esistenza scommessa rischio di utopia respiro lungo e promessa

(se gli parlo ormai non mi parlo, se mi parlo ormai non gli parlo e se ne parlo credimi
è solo perché odio dire io l'avevo detto, perché non c'è scampo e scampo non c'è se l'ho detto)


un clima che intima gente che plaude prona s'inchina c'è che chi dovrebbe opporsi pone
domande e non ha risposte c'è che nessuno ha più speranze riposte ma solo azioni e buoni
bontà in borsino e sentimenti in finanziera c'è che è una mal'aria tutta umida di violenza e
senza ripari a cui correre né santi a cui ricorrere c'è che anche i tuoi occhi ormai non vedono
quanto ciechi sono divenuti i miei vecchi di dolore e di ore presbiti di anni e orbi di debiti
perché cosÏ non va cosÏ non dura cosÏ finisce male: non c'è più sale nemmeno a fare male
solo cocci di bicchieri frantumi di piatti aguzzi feroci come voci colli di bottiglia miglia e
miglia di parole e parole e parole resti d'ossa senza morsi torsi d'uomini e donne gonne
vuote di gambe mani senza braccia piedi senza dita solo quest'interminabile parodia di vita
sgradita senza uscita questo tronco d'esistenza che non fa più resistenza che s'arrende ma
poi già domani si pente pensa per vizio per abitudine che forse è possibile credibile immaginabile
che raschia il fondo si nutre d'avanzi e scampoli e sogni e intanto avanza avanza come un'onda
come un vento come un rigo che copre con la lana dei versi il corpo nudo di noi due, riversi...






Ainsi ça ne va pas, ça ne va pas, je te le dis, ça ne va pas : comme une supernova
explosée comme un astre essoré de frais comme ta bouche tendue et lasse
accélérée comme particule maintenant je ne sais plus même s'il s'agit d'une étoile ou plutôt
d'une paillette collée au regard un éclat de diamant qui perce tes pupilles ou
un désir de lumière qui papillonne à l'horizon d'un ultime outre-monde voyage
condamnation qui nous damne crème aigre gavant le mot qui déjà nous étrangle
car ça ne va pas, ça ne va pas, ça ne va pas : ce n'est désormais qu'un trou noir de sentiments
et souffles amour domestiqué casanier comme en prison le tigre ou plutôt crois-tu
qu'on devrait démettre l'âme et rester là voir si à la fin il y aura le
prix le gros lot la croisière qui nous crucifie l'effort qui enfin nous plonge dans le
souvenir le partage d'un spectaculaire et scénarisable suicide synthèse ultime d'un savoir
de nous genre humain de nous genre éteint de nous humains engendrés usés concassés brisés

(si je te parle désormais je ne me parle plus, si je me parle désormais je ne te parle plus et si j'en parle crois-moi
c'est seulement parce que dans le souffle qui s'élide en pensées reste la nostalgie d'un hier)


Ainsi ça ne dure pas, ça ne dure pas, ça ne dure pas, je vous dis que ça ne dure pas : ici on meurt de faim
et d'obésité de richesse et de pauvreté, on meurt de solitude et de rumeurs on meurt
au nom de Dieu pour se libérer de Dieu on meurt pour le seul plaisir de le faire et pour se sentir même
pour un seul instant Dieu et moi qui ici transpercé serre tout mon moi défait sur ma poitrine
je déchire le contrat et je tremble déjà en lançant le dé croyez-moi vous verrez qu'à la fin des fins
nous serons coupables malgré nous et il y aura d'inutiles fleuves de sang et d'encre des monstres
car ainsi ça ne dure pas, ça ne dure pas, non ça ne dure pas : il s'agira peut-être d'oiseaux ou d'un fourmillement d'insectes
ou des yeux fendus des bêtes fauves des êtres rampants entre les arbres et pas d'abris sûrs
non au contraire il y en aura des féroces aux mâchoires étroites et au cœur aride pour seriner nos
fautes nous mordant l'âme au jarret nous arrachant des confessions torturées par le privilège
dictant l'ultime florilège les affres ironiques qui d'un rot diront "point final" qui
du dernier détruit feront un monument de la plainte une grimace du sentiment éteint un tourment

(si je vous parle désormais je ne me parle plus, si je me parle désormais je ne vous parle plus et si j'en parle croyez-moi
c'est seulement parce que les mots sont le rythme de la rescousse insulte âcre autisme qui donne la secousse)


Ainsi ça finit mal, mal, mal : je lui dis qu'ainsi ça finit mal parce que désormais on n'y est plus
parce que ni les mots adaptés à l'effroi ni les instants d'amour ni l'envie de
vent parce qu'on vit de frayeur satisfaite d'obscurité à cinq étoiles de corps sans peau
de ciel sans étincelles de mâchoires serrées de masques clonés on vit dans l'ignominie et le faux et
le mal est une évidence une habitude c'est un lieu commun un habit de bure fruste sur le futur
un mur dur et obscur écu transaction d'émotion investissement relationnel sans sel
car ça finit mal, mal, mal : et n'est pas valable la combine de l'opulence ni celle déloyale
de la science pas valable le Dow Jones en escalade pas valable la conquête spatiale et pas même
l'émotion pour un tourment ni les entrailles immolées à l'éternelle surdité du ciel peut-être seulement
en arrachant le voile peut-être en creusant jusqu'aux racines du poirier et du chant commun de l'âpre poil
et du gastrique gonflé de gaz et de mensonges gonflé de mets et de bol et de chyme et grammes après grammes perdre
le profit jusqu'à le réduire à une existence mise en jeu un risque d'utopie un souffle long et une promesse

(si je lui parle désormais je ne me parle plus, si je me parle désormais je ne lui parle pas et si j'en parle crois-moi
c'est seulement parce que je hais dire je l'avais dit, parce qu'il n'y a pas de salut et de salut il n'y a pas je l'ai dit)


un climat qui intime du monde qui applaudit soumis et s'incline c'est que celui qui devrait s'opposer pose
des questions et n'a pas de réponse c'est que personne n'a plus d'espoirs remisés mais seulement des actions et des bons
de la bonté en Bourse et des sentiments sous contrôle il y a que c'est une mal'aria tout humide de violence et
sans abris auxquels courir ni saints auxquels recourir il y a aussi que tes yeux désormais ne voient pas
combien aveugles sont devenus les miens usés de douleurs et d'heures presbytes des années et roués de dettes
car ainsi ça ne va pas ça ne dure pas ça finit mal : il n'y a plus de piment pas même à donner du tourment
seulement des tessons de verres des débris tranchants d'assiettes implacables comme des vocables goulots de bouteille des milliers et
milliers de mots et des mots et des mots des restes d'os sans morsure des torses d'hommes et de femmes et des jupes
vides de jambes des mains sans bras des pieds sans orteils seulement cette interminable parodie de vie
désagréable sans issue ce tronc d'existence n'opposant plus de résistance qui se rend mais
dès le lendemain regrette pense par vice par habitude qu'il est peut-être pensable croyable imaginable
qui racle le fond se nourrit de rebuts et d'échantillons et de songes et pendant ce temps avance avance comme une onde
comme un vent comme une ligne qui couvre du tissu des vers le corps nu de nous deux à découvert...

Le commentaire de sitaudis.fr Une traduction de la Rédaction avec la collaboration de Silvana FONTANA.