Lieu par Christophe Lamiot Enos

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Lieu par Christophe Lamiot Enos

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Nuit tombée. Lumières à l'intérieur éteintes. Dans le berceau
de l'appartement tout en haut suspendu. Du bâtiment, le haut
s'entend. Des bruits, d'en dessous le toit.

Du vaste, du spacieux. Une pièce
au-dessus, sans l'encombrement d'un grenier-l'au-dessus qui importe,
intérieur au bâtiment, les étais de bois qu'on voit, par la trappe

quand, au bout de l'échelle double dans le couloir, soudain, on ouvre.
Des bruits, le discontinu. De pas.
Ou bien il s'agirait d'échos de chocs plus lointains, qui monteraient

le long de tuyauteries peut-être. De marteaux. Quelqu'un bricole
dans la journée, parfois (la nuit, le hululement doux d'un oiseau.
De plus loin. D'une autre cour, là-bas).

Sur le rebord du chevalet, à
portée de la main dans la pièce principale, une étoile à six
branches, de couleur nacrée tout à côté du portrait d'une femme.

(12/02/04)

  A l'intérieur de l'appartement, à une extrémité de la ville.

  ? Absence de toit à strictement parler (mais il y a quelque chose au-dessus de la tête), cette absence déterminant une terrasse-on y accède par un escalier de bois qui débouche sur d'autres habitations, d'autres bâtiments s'offrant alors à la vue. Dans le bâtiment à l'absence de toit, travailler.
Le commentaire de sitaudis.fr Extrait inédit.