Où détresse pour débit trop beau par David Christoffel

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Où détresse pour débit trop beau par David Christoffel

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
quand c'est le grand pire qui parle, vous ferez attention aux virgules, on ne peut pas tant faire une question de bifurcation, à moins d'être informé très bien du tracé de l'autoroute, disons les questions territoriales

est-ce la suffocation qui : l'adjectif, poignant, là où s'attendait un verbe, parce qu'un jeu qualificatif, bien plus qu'une affaire d'évaluation

Pour n'être pas, à ce titre, une idéologie, le médiatique est donc : un type de transmission
Définition modaliste à souhait permet :

est-ce qu'ils existent comme ça ou est-ce que ce sont des masques ? est-ce qu'ils ressemblent à ce qu'ils sont ou est-ce qu'ils vivent pour de vrai ? toujours est-il qu'ils respirent, surtout quand très jalousie

je crois qu'à un moment / Il m'a été important / je vous le dis / comme tel, surtout frontal,
veuillez me / c'est que, discrètement, alors que / je dois dire / je devais bien le mettre / quelque
part, / le meilleur endroit s'il faut / des poèmes en chair en os, dit-il, des performances / s'il faut
finir / alors, comme ça, je dois dire : les poèmes pour la lecture : à haute voix, les phrases sont
plus courtes, ça garantit / Un certain style / oui / mais lequel ?

C'est qu'il faut faire :
une mention spéciale pour
Sans qui rien n'aurait été
C'est-à-dire un acteur essentiel
consiste à mention spéciale
justement il a été essentiel
un travail de l'ombre,
ça ne paraît pas - comme ça
sauf à faire mention spéciale
mais ce n'est pas tout
parce qu'en l'occurrence
c'est bien parce que c'est lui
on ne s'en rend pas forcément compte
mais si ça n'avait pas été
ça n'aurait pas été pareil

Et alors, ça aurait été différent
mais d'une telle différence que

je n'aurais peut être pas été moi-même
il y aurait donc eu mention spéciale

comme toujours
mais comme toujours
un peu à plat
juste ce qu'il faut
de nouveau
un à peine plus
curieusement pimpant
alors que
tellement consensuel.

C'est comme ça qu'on en arrive à vouloir, souvent trop vite, à peine la deuxième édition déjà, que les moutons soient bien gardés
- ce qui revient, en fait, à vouloir s'en garder bien à soi, alors que rien ne dit qu'il n'y en a
quelques-uns cachés par chez vous, sans même que votre système ne vous ait prévenu
Et rien n'empêche, quand vous tournez le dos, que des moutons s'interchangent entre vos
troupeaux, sans vous prévenir. A vrai dire, depuis qu'ils ont caché des dalmatiens, on ne sait
jamais ce que cachent des moutons bien gardés :
surtout qu'il s'agissait de leur faire la peau, aux dalmatiens : alors que les moutons, ils sont au-
dessus de ça ! On les tond bien plus qu'on n'les mange - et, alors, là, ça soulève des problèmes confessionnels.
Et ça voudrait recommencer à répartir les moutons suivant les croyances et je crois qu'il serait insistant et même lourd de revenir sur le fait que les croyances,
les moutons, ils s'en braisent. Ce qui est toujours assez drôle à un moment donné, mais il est
aussi très charmant d'aller s'imaginer qu'ils s'interchangent. C'est pour ça qu'on peut faire le procès de Cruella,
ça fait quand même des morts, peut-être pas tant qu'ça Mais toujours plus qu'on aurait cru - et
même après le sauvetage, c'est pas les dalmatiens qui vous diront le contraire.
Je voudrais encore ajouter sur ce point
que : au-delà des mérites
qu'il est bon de reconnaître
à leur juste mesure

alors qu'il est difficile
d'imaginer tout le travail
que cela peut représenter
et qu'on ne peut pas ignorer
ô combien c'est important
il n'est pas question quand même
de se détourner des plaisirs,
des curiosités, des frissons,
des doutes peut-être
que pourront générer les expériences
que vous pourrez vivre
grâce à ce festival.

Après ça, elle m'a demandé si j'allais bien et c'était comme une incantation fraîche et douce,
comme s'il fallait une inspiration plutôt divine pour que puisse aller, comme ça, une joie
illuminable par qui sait l'inspirer. Tout assuré que ce type de joie est plus impratiquable encore à
vous prêter luxe et combativité bernés quand doit subodorer que le doux bruit du fûtement des
bonnes armes ne peut continuer tant qu'il faut,
chaque fois, bien replacer là où se doit la bonne guerre. Puisqu'une nouvelle fois devait arriver,
j'anticipais la posture la plus chantante et décidais de ne pas donner suite : si je répondais qu'il
faudrait être miraculé de quelque chose pour avoir le bonheur tel qu'elle le demande
avec le ton fantasque et notamment rabougri, je me serais chargé d'une improbable série de
nouveaux complices : ses amis ne sachant que faire de ses Alleluia miniatures, on ne peut
souhaiter à personne d'en ramasser la concorde par force de vapeurs d'embarras, surtout s'il
doit s'agir de les sauver, que peut-on bien défendre avec ça.

J'ai donc demandé, littéralement, le rap le plus radical possible, de peur d'y trouver justement la
dynamique d'un sauvetage. Parce que slam fait chamanisme / ça les regarde
mais nous savons / la poésie / si vous croyez / Facile, aussi / n'est pourtant pas / si seulement,
d'ailleurs / C'est une espèce d'innocence / socialement parlant, c'est vrai : faire des phrases
longues / ils se rendent pas compte / c'est un luxe / présumer qu'on sera suivi / tendre le fil /
vendre des livres / s'ils croient / mais ce qu'il faut être / pour autant de détermination /
volontaristes : espèces de suppôts : à, comme ça / je ne voudrais pas insister / mais je n'insiste
pas, je ne saurais le temps de le vouloir / je fais des phrases courtes / pas la place de m'étendre /
pas tant qu'ça les moyens, Moi !

faudrait-il interdire à ce moment là, pour pas l'alcool, et les anxyolitiques surtout -
quant à savoir qui ne prend rien, c'est le même problème qu'à ne se polluer soi-même,
la nature à peine souhaitable s'il s'agit d'ascétisme et schémas ruraux : celui qui ne
prend rien / parvient-il pour autant à / branleur jusqu'à ne pas d'heure ou lire
Mandelstam

dalmatien ou pas, la planification est un travail à part entière :
Sinon que ça suppose d'anticiper le rythme d'avancement des travaux Qui, en grande légitimité,
lui, c'est ça : a toujours de très bonnes raisons pour ne pas pouvoir suivre, le rythme prévu. De
telle sorte que la planification ne peut pas statuer sur beaucoup plus longtemps qu'une période
toujours assez courte
Et qu'il est bien normal, bien avant que ne soit écoulé quelque temps, de reprendre la
planification et de l'adapter suivant les nouveaux retards qui sont, en fait, le résultat d'un
programme établi dans l'ignorance des nouvelles données rythmiques de là où en sont les
travaux.
Et comme ça ne pouvait pas imprévu, comme nos chantiers n'avaient jamais atteints ce point,
comme ils ont donc autant de bonnes raisons pour n'avoir pas pu suivre le rythme prévu, il est
tout à fait naturel de refaire le programme en fonction des nouvelles bonnes raisons.
Mais les nouvelles bonnes raisons donnaient vraiment l'impression d'être un peu en avance -
même : et ce sera l'une de nos conclusions : ce qui est une impression dangereuse
puisqu'elle nous ralentit : c'est d'ailleurs parce qu'elle est dangereuse que, spontanément,
nous la dissimulons et qu'en dernière instance, nous la laissons quand même nous rassurer
sur l'état des travaux - même s'il faut qu'elle reste dissimulée pour ce faire - quand même
des ravages...

Encore que / les moyens / c'est pas ça (la phrase) qui / Cela qui régit le problème /
cela ne peut pas coïncider / si l'innocence, d'un point de vue social, si ne coïncident
le problème et ce qui, son fondement, c'est à cause : une histoire de phrases trop
courtes / je dois dire : les affaires prosodiques : si, évidemment, sont-elles
éminemment politiques, faut-il pouvoir en conclure sinon : commencer par
différencier le point de la virgule -