Po. à Federman par Philippe Beck

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Po. à Federman par Philippe Beck

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Au Salon, voici, assis
près de l'éditeur
("Qu'est-ce qu'un éditeur?"),
un qui boit le café-sourire.
En face, Ambitieux Simplifié.
Le sourire dit : "Au revoir Bagdad".
Les forces d'Ali Baba Federman
pour faire une histoire
occidentale-orientale
ont beaucoup, beaucoup d'intérêt
pour les ambitieux d'ici.
Il n'y a pas de piédestal.
Il continue et continue,
synthèse unique et
presque facile,
pierrerie
de moi-je et de non-moi-je.
Raymond-Césame.
Séduction arrêtée ou vie.
Les forces disent : "A bientôt".
Vive des pierres qui avancent.
Corail ou train de pensées.
L'âne-avion sert à les porter aussi.
Et l'écran-quotidien.