QUESTION D'ENTHOUSIASME par Raymond Federman

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

QUESTION D'ENTHOUSIASME par Raymond Federman

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Je relis Malone meurt
pour rire un peu de la mort
et me remonter le moral.

Je serai quand même bientôt
tout à fait mort enfin,

nous dit Malone au début
de son histoire.

Quelle superbe ouverture
quelle fabuleuse phrase.
Avec une telle phrase
Malone retarde sa mort.

En fait toute son histoire
n'est qu'un ajournement.
Malone arrive même
à différer sa mort
jusqu'à la fin de l'éternité.

Ce bientôt est un mot si vague

Bientôt c'est combien de temps ?
comment mesure-t-on bientôt ?

Les gens normaux disent,
je serai mort dans dix ans,
ou je serai mort avant
d'avoir quatre-vingts ans,
ou je serai mort d'ici
la fin de la semaine.
Tout à fait mort enfin,
Malone précise

Au contraire de Malone
allongé dans son lit
avec son petit morceau
de crayon à la main
en train de griffonner
l'histoire de sa mort,
les gens debout eux
aiment être précis
au sujet de leur mort.

Oh comme ils aimeraient
savoir d'avance
la date et l'heure exactes
de leur mort.
Comme cela les soulagerait
de savoir exactement
quand ils quitteront
le grand con de l'existence,
comme dit Malone,
pour se plonger
dans le grand mensonge
de l'au-delà.
Comme ils seraient joyeux
à leur naissance
si le bon médecin,
ou celle qui a été responsable
de les expulser dans l'existence,
pouvait leur dire
vous mourrez à 15 heures 30
le 22 décembre 1989.

Est-ce que Sam aurait pu écrire
je serai quand même bientôt
tout à fait mort enfin ...

s'il avait su exactement quand
il changerait de temps?

Certainement pas,
parce que Malone nous dit
un peu plus loin dans son histoire
qu'il mourra sans enthousiasme.

Est-ce que cela veut dire,
qu'au contraire des idiots
on this bitch of an earth
qui se font exploser avec ferveur
en emportant avec eux
des tas d'autres mortels,
que le manque d'enthousiasme
de Malone envers sa mort
est une autre façon astucieuse
de retarder l'acte de mourir

Un manque d'enthousiasme
pour quelque chose,
c'est une façon de retarder
l'échéance de ce quelque chose.

Le bientôt de Malone se moque
de la permanence de la mort,
et son manque d'enthousiasme
ridiculise le mot enfin

Ainsi avant même de quitter
la première page de son récit
Malone a déjà réussi à retarder
sa mort jusqu'à la Saint-Jean,
et même jusqu'au Quatorze Juillet,
il se croit capable de résister
jusqu'à la Transfiguration,
et même jusqu'à l'Assomption.
Ce qui jette certainement du doute
sur ce qui est vraiment arrivé
à la Sainte Vierge ce jour-là,
ou ce qui arrivera à Malone
s'il tient le coup jusqu'à là.

En fait c'est ainsi que Malone
déjoue sa propre mort,
en sortant les pieds les premiers
du grand con de l'existence
comme il nous l'explique
à la fin de son histoire.

Tout est prêt. Sauf moi.
Je nais dans la mort,
si j'ose dire.
Telle est mon impression.
Drôle de gestation.
Les pieds sont sortis déjà,
du grand con de l'existence.
Présentation favorable j'espère.
Ma tête mourra en dernier.
Ramène tes mains.
Je ne peux pas.
La déchirante déchirée.
Mon histoire arrêtée je vivrai encore.
Décalage qui promet.
C'est fini sur moi. Je ne dirai plus je.


Rien d'autre à ajouter ce soir.
Je vais maintenant aller me coucher.
Bonsoir les amis.