Synonymes par Patrice Luchet

Les Apparitions

Synonymes par Patrice Luchet

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Appelez-moi par mon deuxième nom, nous sommes intimes maintenant, nous nous ressemblons tellement, quand je vous entends j'ai l'impression de me voir dans un miroir et pourtant nos histoires sont différentes, vous venez d'ailleurs, ne serait-ce pas un petit accent romain que j'entends là, quelque chose qui chante, en fait là, il est dit quelque chose qui chante et c'est pour cela que je chante car tout ceci est très logique, même ce que je dis là sous forme de discours, c'est logique, parce qu'en fait le discours en grec cela se dit "logos" et cela a donné logique, donc un discours c'est normal que cela soit logique, non? Et c'est donc logique que j'ai chanté car il faut voir qu'il y avait des rimes comme "voir", "miroir", "histoire", c'est pas vraiment mon histoire les rimes, moi j'ai rien à voir avec cela, mais cela a un petit côté intime, les rimes, c'est un peu comme si l'on se regardait dans un miroir, et cela je ne le cherche pas forcément, enfin vous me direz quel rapport avec les synonymes; il faut savoir que nombre de synonymes viennent du grec ou du latin, je rappelle juste qu'un synonyme c'est un deuxième nom pour désigner un premier, cela fait docte de dire ce mot ou savant, pour ma part je suis un homme du froid, des grands nords, mes ancêtres devaient être vikings, je ne sais pas précisément, toujours est-il que je préfère ne pas poser la question, celle qui fâche tant entre nous, qui pourrait nous séparer, lequel de nous est le plus ancien, celui qui vient avant l'autre, historiquement, si vous réfléchissez sur le langage, vous pouvez vous rendre compte que les mots ont des racines différentes et c'est pas plus mal, parce que sinon, mon texte était fini précédemment et j'aurais été embêté, ennuyé, embarrassé, et c'est cela des synonymes, d'ailleurs certains, comme embêté, ennuyé, embarrassé, sont peut-être d'origine latine et d'autres wisigoths, peut-être même vikings, qui sait ? Je ne sais pas, je préfère ne pas me poser la question, c'est pour cela que j'ai dit "mes ancêtres devaient être vikings, je ne sais pas précisément, toujours est-il que je préfère ne pas poser la question", parce que sinon je pourrais être embêté, ennuyé embarrassé à force de me poser la question, à savoir lequel de nous est le plus ancien, historiquement, vous me direz, on peut toujours revenir à la mode, cela s'est vu, quels que soient les qu'en dira-t-on, une pointe d'actualité et vous revoilà au goût du jour, mais comment se fait-il que nous soyons si proches, notre famille est si différente, la vôtre est terre à terre c'est l'objet qui prime, n'y voyez aucune critique, vous êtes d'une famille efficace, de ceux qui laissent la charrue dans le champ pour aller faire ce qui est à faire et après la reprennent là où elle était, ainsi je serais plutôt du côté de cette sobre réflexion, parce que ce qu'il faut savoir chez ce peuple, les romains, il y a, il existe, un mythe, une histoire, qui dit, qui raconte qu'il y avait, qu'il existait un type, un homme, lorsque, quand, Rome, la Ville allait très mal, c'était la catastrophe, ce qu'il faut savoir c'est que je dis deux fois les choses parce que le texte traite des synonymes, donc ce romain, il était dans son jardin, il jardine, il est avec ses vaches, ses boeufs, aucun rapport avec l'expression mettre la charrue avant les boeufs, non, ce romain, il est certes avec une charrue, dans son jardin, et on vient le voir, on lui dit que Rome va très mal, c'était la cata, et on le nomme dictateur pour six mois pour réparer tout ce qui va mal, alors que lui, il est dans son champ, cela n'a rien d'une image, d'un champ lexical, il jardine, donc il va faire son travail à Rome, et puis six mois plus tard, il revient chez lui, et il reprend sa charrue dans son champ, là où elle était, comme si on reprenait un mot, une sorte de synonyme, appelez-moi par mon deuxième nom, nous sommes intimes maintenant, nous nous ressemblons tellement, quand je vous entends j'ai l'impression de me voir dans un miroir et pourtant nos histoires sont différentes, vous venez d'ailleurs, ne serait-ce pas un petit accent romain que j'entends là, quelque chose qui chante, pour ma part je suis un homme du froid, des grands nords, mes ancêtres devaient être vikings, je ne sais pas précisément, toujours est-il que je préfère ne pas poser la question, celle qui fâche tant entre nous, qui pourrait nous séparer, lequel de nous est le plus ancien, celui qui vient avant l'autre, historiquement, vous me direz, on peut toujours revenir à la mode, cela s'est vu, quels que soient les qu'en dira-t-on, une pointe d'actualité et vous revoilà au goût du jour, mais comment se fait-il que nous soyons si proches, notre famille est si différente, la vôtre est terre à terre c'est l'objet qui prime, n'y voyez aucune critique, vous êtes d'une famille efficace, de ceux qui laissent la charrue dans le champ pour aller faire ce qui est à faire et après la reprennent là où elle était, ainsi je serais plutôt du côté de cette sobre réflexion.
Le commentaire de sitaudis.fr Patrice Luchet se produit en public pour des lectures et performances ; il anime la revue 4/5.