Que faire des classes moyennes ? de Nathalie Quintane (2 ème article) par Bertrand Verdier

Les Parutions

23 janv.
2017

Que faire des classes moyennes ? de Nathalie Quintane (2 ème article) par Bertrand Verdier

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

Une distillation jubilatoire

 

Les critiques sur « Que faire des classes moyennes ? » de Nathalie Quintane m'ont intrigué. Leur unanimité élogieuse m'apparut en effet concertée, et la lecture du volume, formidablement prêté malgré tout par Edwige, m'en expliqua la raison : Nathalie, en parfaite connaissance de cause, a rédigé son livre de manière qu'il puisse être lu aussi de cette façon-là et lui vaille cette faveur. Elle s'assurait ainsi un écho pour, indubitablement, un autre objectif.

Restait donc à tenter de comprendre l'objectif de cette stratégie (ce premier étage) trop patemment mise en place pour n'être pas autre chose qu'un moyen. Or, d'emblée, le texte pose qu'il ne dit pas ce qu'il dit, en tout cas pas seulement, qu'il dit aussi tout autre chose ; ainsi l'incipit : « La classe moyenne n'a pas une existence fiable. » (p. 7), amène à relire le titre comme : « Que faire de ce qui n'a pas une existence fiable ? », singulier élargissement de la perspective annoncée. Le diagnostic de l'absence de fiabilité se justifie dès 8 lignes plus bas par 4 mots : « on s'est dit » ; cette double impersonnalisation initie une distillation d'indices littéraires où le texte va prouver, qu'à l'instar du discours tenu par « on » élaborant les classes moyennes, lui-même ne dit pas que ce qu'il feint dire. Cette discrète logique conclut donc par ce qu'elle a guidé tout au long à pressentir : « La question n'est pas : Que faire des classes moyennes ? », truisme (cf. : « À l'automne, des feuilles aux couleurs d'automne chutaient sur l'eau. », p. 92) enfin avoué et revendiqué stratégique. La phrase qui suit : « [la question est] : Comment changer d'atmosphère ? » (p. 102) invite à relire l'ensemble, désormais assuré-e que "les classes moyennes" sont, là aussi (Nathalie retourne contre l'ennemi les armes de l'ennemi), non une fin, mais un moyen. La sensation « excitante, échauffante, électrisante, émoustillante, tentante et tonique » (p. 66) de la lecture s'ancre : le plaisir vient notamment de l'exemplification des armes de la littérature (cf. le livre collectif, auquel elle contribua : Toi aussi tu as des armes ; La Fabrique, 2011). Nathalie déploie en effet une maestria imparable contre la performativité pernicieuse des stéréotypes, statistiques et clichés (jubilatoire, lui aussi, ce ressassement mimétique : « je pense appartenir à la classe moyenne », p. 39, 62, ..., quand tout le texte le contredit, pointant l'antiphrase), et par conséquent contre une fiabilité de parade, appuyée sur une rhétorique (celle-ci, « élaborée depuis notre Antiquité », p. 67, avec, l'air de rien, cet immanquable « notre ») elle-même costumée en queue-de-pie scientifique. L'auteure montre surtout que ses armes sont à la fois d'usage simple, efficace et diantrement plus qu'enthousiasmant. Nécessairement, la férocité radicale et généreuse du propos ne saurait se satisfaire de donner ce poisson, aussi miroitant mordoré soit-il et précisément à dessein ; elle incite avant tout à apprendre à pêcher : « la passe est la plus belle des actions » (p. 98). Preuve par l'exemple, le texte propose donc une clef vers une libération : « l'accomplissement de soi-même passe par la lecture de la littérature. La littérature […] confère une richesse absolument indemne de pognon » (p. 64). Richesse qui, ce écrivant, est appelée à devenir bien commun. Ce qui permettra ainsi de « changer d'atmosphère ».

Adieu, je sens l'ivresse qui me gagne.