Du blanc qui fonctionne par Philippe Pelouze

Les Incitations

27 janv.
2017

Du blanc qui fonctionne par Philippe Pelouze

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

 

À nos Maisons d’édition

et revues au format papier ou virtuelles,

à nos blogs et sites Internet,

à nos ami-e-s.

 

En deux mots.

Mon projet premier a été le suivant : socialiser ce texte afin de l’amplifier, et, partant, que la prise de parole soit un geste de l'effacement derrière un nom de correcteur de conscience, comme « Le co[     ]ectif qui vient ».

Ce souci était instable, et aurait pris du temps.

Sans que trop ou pas assez en ait été ajouté et retranché, ce texte – ou son ébauche – est pourtant là : qui veut se sert en lui offrant une position pour se lancer.

Pour ma part, je ne sais pas trop quoi vous dire, je suis toujours un apprenti dans une vie empêchée (ce n'est pas une excuse, l'apprenti a des armes, et sinon ses refus, sa haine des compromissions lâches), canalisée ailleurs, loin de ce qui « me » (nous) appète (serait-est-sera pour nous vital-sens de la vie du vivant).

Doit-on relire Le choix de Marianne d’Annie Lacroix-Riz, ou Je relis Rimbaud de Christian Prigent in Journal de l'Œuvide), ou À quoi bon la poésie aujourd’hui ? de Jean-Claude Pinson, ou W.E.B. Dubois (tous ses écrits), ou encore Les Revendications de Henri Pichette, ou rien ?

(Ou quoi ?)

Bah, j'ai mon et mon et mon (ajouter les prothèses de la « révolution » informatique, et une question à notre commun souci : « Y a-t-il du blanc qui fonctionne ? »).

 

 

Logorrhée facultative :

Je (mais replions ce « je » sous le linceul d’un collectif) n'ai pas eu la force, ni l'intelligence, ni le « génie » (ce mythe de l'individualisme, de l'être en soi, cet élitisme nivéen) d'être au-delà. (« Je » ne m'en plains pas ; je suis « comblé », sans plus d'élucidation en moi que ces rencontres tardives : où étiez-vous, mes ami-e-s, au cours de ces années de formation, et surtout où étais-je, perdu dans l'un des multiples tout-à-l’égout du capital ?)

Il y a quelques jours, un élan ivresque (et fautif) m'avait poussé à vous dire « merci d'être », merci de permettre et de transmettre (c’est que j'écris au niveau du clavier, sans recul, sinon ce sens de la pédagogie, du flambeau, du relais).

L’effet premier, sinon celui des petites cartes de vœux qui m’eussent coûté bonbon (mais d’un bonbon pluriel dans un état dûment timbré), on l’imagine d’ici sur la bande passante : un grand spam d’ouverture de l’an, un énorme pourriel !

L’effet second, c’est qu’au « réveil » je me suis pris l'un des pieds (je n'ose nommer lequel) dans une cale, une façon de starting-block malheureux (je ne vous rejoue pas un gag du XIXe siècle), et m'en suis empêché, honteux deux fois. (Et maintenant trois.)

J'en avais honte un peu, de ces ans empêchés : trop de complexes pour participer (à vos Maisons d’édition, à vos revues, à vos sites Internet notamment de poésie, aux interventions, notes de lecture et coups de gueule, entre Unetelle et Unetelle, Unetelle et Untel, Untel et Untel, une sorte d'auto-castration), mais aussi un peu d'être à l'écart, mais de qui, de quoi ?

(Mon choix… « mon », vraiment ?)

Au bout de la ligne, au-delà : dans celles de l'ennemi… là où l'on ne lit pas de quoi (laudatif, égotisme), de qui, de quand… c'est là que j'ai mon nœud.

Qui est en moi, mais dois-je (ici-là-cet instant de douleur, et d'attente active, mais avec qui, où, quoi, comment, et de complicité empêtrée, de refus, de haine de soi – de l'autre englué en soi –, de… mais).

Naître à soi-quoi, avec qui, quand ?

Pour Hubert Lucot, Sitaudis, que nous aimions partager, a été une page (plutôt qu’une « maison », un lieu d’écriture), et je pencherais assez pour une barricade.

C’est son hôte – et le nôtre – qui, quittant nos haleines figées, tôt ce mois de janvier lança ce mot depuis ce lieu qui est tout sauf retrait, un mot qui par l’impact éclatait sans combler une béance, comme un [      ] : ce « trumpent » (à combler ce « u », l’on entendrait « étron »), un pluriel logique, électotal (cherchez l’erreur) logiciel fascinant (en italique).

Ibidem ici (ne nommons pas l'Europe, et moins-soi l'hexagonal état de la « concaténation »), même si on-ça nous ouvre une voie alternative, avec (un rouge enthousiaste vers

us bleu imaginal). Quelle voie !!!

 

Faut-il relancer l'électorale ex-machina à opium ? (Je ne m'y résous pas. JAMAIS ?)

Les pertes sont irremplaçables, je ne poserais pas « hélas », bien qu'un automatisme en « moi » (trop de lectures, ou pas assez : tout ce qui n'a pas été brûlé, métamorphosé, oublié et reconduit), qui est aussi une empathie, le pose.

(L'on sait le risque du « nihilisme », et tous ces concepts qui sont absolument dépassés.)

Arrêter-arrêtons. de Mettre un rien. BLANC. FIN.

(Mais quoi, engager quelles « valeurs » : entre le singe et l'amour, entre le signe et la mort – ou entre les deux…)

 

(Non, non, pas rien. JAMAIS.)

BLANQUI. BLANQUI. BLANQUI.

Je vous salue.