Ce qui fait tenir de Christian Prigent

Les Parutions

11 nov.
2005

Ce qui fait tenir de Christian Prigent

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Un piège à prendre de l'impossible (autre nom du sans nom ou tout ce qui, réel, résiste à la formalisation symbolique), voilà ce qu'est selon Christian Prigent un tableau mais aussi bien chaque livre, chaque essai, chaque fiction, chaque poème de lui. La tension vers ce but qui s'appelle le travail, est sans doute lucidement vouée à l'échec mais aussi ce qui (le) fait tenir.
Le présent scenario (ou dispositif d'attente d'un plus important livre en cours d'écriture), s'ouvre sur un texte dont on avait parlé ici au moment de sa publication malheureusement trop confinée dans le circuit de l'art :

Catalogue Dezeuze

... un très beau travail sur Daniel Dezeuze puis le Scarron, publié chez un éditeur mal diffusé :

La défiguration

...de même que L'immense, l'équivoque publié aux éditions Rencontres de Philippe Coquelet, organisateur de l'exposition sur les peintres de Prigent. Mais ce dernier, on le sait, ne se contente pas d'assembler des textes introuvables, il s'empare de cette occasion pour chercher ce qui les fait tenir ensemble, il les remanie dans cette perspective.
Plus nouveau ici, le Prigent qui jette ses lumières vives sur Verlaine, poète à juste titre moins admiré que d'autres : en 12 pages acérées, intitulées Le poète à l'oeil, on a l'impression d'assister à une raclée littéraire administrée par l'époux infernal à la vierge folle : la biographie et l'oeuvre et l'âme, tout est soigneusement et dans tous les sens, raclé. Et la compassion pour le bonhomme n'est pas exclue.
Le commentaire de sitaudis.fr éd. POL- 2005
165 p.
18 €