des documents poétiques de Franck Leibovici par Rémi Colonel

Les Parutions

15 déc.
2007

des documents poétiques de Franck Leibovici par Rémi Colonel

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Les couvertures de la collection Forbidden Beach tiennent leurs promesses : les deux livres parus cet automne offrent un plaisir intellectuel accessible, des stimuli et un soutien (ce sont des livres secourables, pour reprendre un adjectif utilisé par Leibovici). Que ceux qui n'ont pas lu Dewey dans le texte, qui confondent le premier Wittgenstein avec le second, et qui se demandent encore ce que la photo d'un insecticide peut bien avoir à faire avec William James (cf. ses Essais, qui viennent de paraître chez Flammarion), entrent sans inquiétude dans des documents poétiques.

Il faut savoir d'abord que les définitions-descriptions-explications de Leibovici ne concernent pas uniquement les textes poétiques stricto sensu (même s'il donne de Testimony de Reznikoff une analyse "dépoétisée" où l'exactitude est le souci qui supplante l'emphase habituellement mise sur les qualités ou les singularités esthétiques) : les schémas de l'artiste Mark Lombardi ou le logiciel Powerpoint y tiennent également une place importante; le corpus est donc interdisciplinaire. Comme l'explique la préface de Christophe Hanna, il s'agit de forger les outils qui vont nous permettre de saisir des objets a priori "stupéfiants", qui nous laissent " démunis, sans voix, littéralement dans l'incompréhension ", du capitalisme actuel aux scandales financiers, remarquablement re-décrits par Lombardi.

L'enjeu esthétique n'est cependant pas évacué mais subsumé par l'urgence de "questions plus générales", de "problèmes publics". Si la poésie y peut quelque chose, c'est parce qu'elle crée aussi des formes de savoir, comme l'ont dit Michaux (cité page 51 : "les drogues nous ennuient avec leur paradis. qu'elles nous donnent plutôt un peu de savoir. nous ne sommes pas un siècle à paradis.") ou Francis Ponge.
Le document poétique est une redescription, dit Leibovici, " qui se constitue par la traversée d'autres disciplines, productrices d'un savoir propre (pour Testimony, par exemple, le juridique). (...) La poésie, productrice elle-même d'un savoir particulier, devient une "zone de recoupements".

Même s'il donne une extension inédite à la notion de poétique, le travail de Leibovici se situe donc à la suite des définitions hocquardienne (l'enquête) ou gleizienne de la poésie. Comme on le sait, la route est longue sur le chemin de la désontologisation et Heidegger colle encore à nos semelles qui ne sont pas de vent. Passé les réserves que provoque l'emploi d'un certain lexique (critère, efficacité, enjeu...), ce livre augure bien du retour aux affaires des éditions al dante.
Le commentaire de sitaudis.fr éd. al dante-transbordeurs, questions théoriques (2007)
160 p.
15 €
Lire aussi l'importante analyse dePhilippe Boisnard sur son site, Libr-critique.