Fusées de Charles Baudelaire par Christian Désagulier

Les Parutions

28 mars
2016

Fusées de Charles Baudelaire par Christian Désagulier

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

Comment écrire après ?



Le terrible avec les poètes à yeux de phares c’est qu’on croit les connaître alors qu’il faudrait en relire les poèmes, tourner la page sans jamais la tourner jusqu’au tournis.

Le titre de Fusées vient de Poe désignant une façon de critique d'un terme allemand Schwärmerei qu'il traduit en anglais par skyrocketing que Baudelaire traduit à son tour par « lanceur de fusées » et par conséquent Fusées ce qu'un écrivain lance..

(ndlr : Fusées en ce qu’elles fusent à l’esprit et laissent, sitôt après l’allumage, à la place de la pensée, le panache nuageux fragmenté d'un dragon à langue bifide..)

« Je ne crois qu’au travail patient, à la vérité dite en bon français et à la magie du mot juste.»

Fleurs artificielles, capiteuses à puer, les seules vraies, sans nom, bouquets d'innommables dont les tiges pourrissantes en arrivent à parfumer l'air au séjour prolongé des tiges dans le vase, vous fermentent à la tête..

(ndlr : le curieux que nos germanistes éblouis aux romantiques allemands réfèrent si peu à notre poète à fragmentations dont les cheveux sont plus verts qu’outre-Rhin..)

Comme toujours chez l'ironiste absolu, il s'agit dans Mon cœur mis à nu de faire exactement le contraire, d'habiller, de peigner et de maquiller son cœur, de le placer entre des mords et serrer à l'épigramme pour en faire plus puissamment sentir la pression de révolte ontologique..

(ndlr : c'est un projet qui prend tournure après le procès des Fleurs du mal ; savoir qu'il y a déjà dix ans que les Fleurs du mal sont achevées ; se couper le cœur en petit dés, fragmenter le ver de la solitude absolue à seule fin de refaire des vers, c'est à dire d'écrire des proses en poèmes.. )

Fusées, Mon cœur, livres de notes qui pour exister en tant que livre auraient demandé à Baudelaire qu'il suive les consignes d'Hygiène et qu'il continue de remettre à demain de vivre..

(ndlr : oui, mais vite, au lieu de remettre à demain Honfleur, à demain la Belgique, vite, le cerveau rongé au virus, consigné au corps depuis qu’il a déposé le bilan de l'entreprise des Fleurs du mal..)

« Quoi de plus absurde que le Progrès, puisque l'homme, comme cela est prouvé par le fait journalier, est toujours semblable et égal à l'homme, c'est à dire toujours à l'état sauvage. Qu'est-ce que les périls de la forêt et de la prairie auprès des chocs et des conflits quotidiens de la civilisation ? Que l'homme embrasse sa dupe sur le Boulevard, ou perce sa proie dans des forêts inconnues, n'est-il pas l'homme éternel, c'est-à-dire l'animal de proie le plus parfait ? »

(ndlr : Fusées en ce qu’il a fallu, sitôt allumée la mèche, courir en solitaire, vite et toujours plus près de soi avant que l’ignition vous souffle..)

Fusées à poudre propulsive d’hilarité noire, Fleurs d'artificiers : lire, relire et rire ! *

« Comment dire au moyen des mots ce qui ne peut se dire sans le moyen des mots : poème.. »

Comment écrire après Charles Baudelaire ? Ecrire après..



* Baudelaire, poète comique d’Alain Vaillant, Presses Universitaires de Rennes (2007), qui parvient à coaguler ce dont on était convaincu sans parvenir à – ni s’autoriser à, le pouvoir répulsif du mythe - le formuler, ces indices prophétiques glissés aux interstices des poèmes et des proses critiques pour l'hypocrite lecteur futur..