Ne me faites pas dire ce que je n'écris pas de C. Prigent

Les Parutions

27 avril
2004

Ne me faites pas dire ce que je n'écris pas de C. Prigent

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Chez le seul éditeur français qui n'ait pas d'adresse électronique, paraissent ces entretiens dont on a pu lire l'intégralité sur remue.net, le site de François Bon dit l'encenseur. Ils ont été allégés pour la circonstance non de lourdeurs (impossible d'en trouver chez Prigent) mais de passages un peu trop anecdotiques ; on regrettera néanmoins qu'ait disparu la référence à deux artistes plus jeunes qui continuent néanmoins de cheminer pas trop loin de la nébuleuse exTXT, Denis Castellas et Hubert Duprat (voir sur le site sus-nommé).
Hervé Castanet est non seulement un psychanalyste et un universitaire connaissant bien son Lacan écrit et parlêtre, autant que la littérature moderne héritière de Joyce ; c'est aussi un authentique amateur d'art dont les questions, travaillées jusqu'à parfois s'obstruer dans les trous de non-savoir du savoir, poussent le poète dans sa traque inlassable pour former la pensée qu'il y a de l'ininformable. Le premier et le dernier entretien portent sur la poésie et l'œuvre de Prigent lui-même, côté âme et côté sexe où Castanet ne s'avère pas un excellent lecteur du Professeur; mais la capacité bien connue de Prigent à théoriser (de façon non platonicienne) sur son travail et son habileté à déjouer les pièges de l'idéologie rendent l'échange plus que passionnant, presque intime:

J'ai beaucoup cherché à ne pas écrire, c'est-à-dire à trouver la vie aimable sans devoir la redoubler par cette manie injustifiable.

Mais on goûtera aussi l'entretien intitulé La peinture fait écrire, initiation ou prolongement pour ceux qui ont eu ou auront la chance de voir l'exposition Ils affinent notre optique à l'Hôtel Beury dans laquelle 15 peintres, pour la plupart cités dans l'entretien, exposent jusqu'au 30 mai. Les autres devront se contenter des propos pleins d'acuité de Prigent car l'ouvrage ne contient pas de reproductions, dommage (signalons l'outil Images de GOOGLE pour voir très vite des œuvres citées, même un Desbouiges).
L'entretien intitulé Du temps des "avant-gardes" dresse un bilan théorique percutant des années 70 et de l'aventure de TXT, la revue que Prigent a créée et dirigée ; son refus toujours actuel, très tenace de ne pas céder à l'irresponsabilité artiste et sa distance pleine d'ironie l'amènent à ne pas évacuer des questions comme celles de la honte éprouvée aujourd'hui à la relecture des pages qu'on ne peut tourner.
Le commentaire de sitaudis.fr Entretiens avec Hervé Castanet
160 p.
18, 50 €