Tokyo d'…ric Sadin

Les Parutions

27 sept.
2005

Tokyo d'…ric Sadin

La mégapole japonaise est vue par l'auteur, ou plutôt par une expansion des capteurs de l'auteur jusqu'à l'impersonnalisation d'un ON, à sa pétrification en entité isolée, schizophrénique, à travers des blocs de textes qui ready-madent tous les énoncés du commerce et des moyens de les transmettre, ( équivalence entre les deux), déferlement tel que les ressentis du sujet y prennent peu de place, prélèvement de données qui sidèrent, tournis, vertige ; les brèves charges critiques en prennent donc plus de force, par ex ici :

... pour le plus grand bonheur de on & de on

La révolte passe par l'ironie d'autant plus facilement qu'elle se teinte d'admiration.
Les fameux haïkus ne sont pas épargnés par le crépitement moderne ni les preuves d'amour qui s'écrasent dans une carte SIM.
Cet enchaînement de textes compacts pourrait devenir assez vite fastidieux mais l'envie prend le lecteur de les traiter ou les maltraiter à son tour, c'est possible et jubilatoire.
L'auteur ne néglige pas les valeurs de l'élément visuel, en prenant garde de ne pas sombrer dans une esthétisation qui pourrait aller dans le sens d'une dangereuse exaltation futuriste et conforter ce qu'il dénonce.Entre ces blocs, des lignes de respiration comme des aphorismes (!), parfois flashs de description banale d'un événement médiatique ou bien mise en néon de données plus étranges.
Il y a une dénonciation de la pression commerciale, de l'aliénation et de la jouissance technologique, des injonctions robotisées de la surveillance de chacun par tous mais elle relève d'un constat par accumulations, juxtapositions objectives ; le lecteur est sollicité, interrogé dans ses propres pratiques plutôt que conduit à adopter un mode de refus qui serait symétrique à l'adhésion naïve.
Loin de se vautrer dans la nostalgie de pastorales impossibles ou dans l'utopie des retours à ou dans la recherche de risibles résistances, l'écriture devient ici le moyen de se jouer de l'urbanité.
Le commentaire de sitaudis.fr éd. POL 2005
non paginé
21 €