Jetés aux dés, extrait par Jean-Luc Lavrille

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Jetés aux dés, extrait par Jean-Luc Lavrille

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
sens
trouéénergie noire
fait qu’onde de choc
pierres grosses comme grosses pierres
de mars
plumé phénomène phonème
mène à faux même aphone
phonaisons permanentes
fêtes liesses pensent hors saison
les bourgeons
pense mon corps je pense le dit
pense sent sait
vasavoir
varsovie ce que penser veut dire et le dit
c'est-à-dire
nulle part
mais comment faire croire au bloc de glace devant
à ceux qui lampent champagne pendant ?
retourner les pensées
n’iront pas mieux à la main comme un gant

trav     j’     en     tr     vail     au    tr     vers
d’autres
néoman néaumur né à sauve né à sauvagères
langue vitesse esprit grenouille escalier
bien joué mal joué pas joué
spectacle permanent tous les jours
bien sûr mal sûr pas sûr
chose sûre à son pied : la mort
seconde chaussure : ma mort
avant pendant après
pense     sent     sait

penser soulage
nommer soulage
guillemets
saoûlent
ça s’emballe t’as pas l’sas
en balles bases pétards
pétales poudres
pouvoirs

jeveux sur langue
émécher
la mèche est dite

la vrille sujet infini
énergie renoulovable

cause du nom
Le commentaire de sitaudis.fr Extrait du livre du même titre, à paraître.