QUÉBEC 9ÈME RANG par Monique Juteau

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

QUÉBEC 9ÈME RANG par Monique Juteau

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Aujourd'hui ne pas mettre la table
Partir avec les nappes
En laissant les tiroirs vides
La maison ouverte.



Par une porte à secret
À loquets
À bobinette cherra
J'entre en scène
Des rideaux noirs tombent
Lourds
Sur un fait d'hier arrivé presque dans ma cour
Une histoire d'aiguilles de bras et de méthadone
De civières, de corps en terre, de fleurs de l'âge
Bongo bongo
Les oiseaux n'ont que faire de nos malheurs
La poésie devrait rester dans les airs
S'occuper des rimes et de la lumière
Banjo banjo
Je vais par un chemin de fer
Nue comme dans un rêve mal commencé
Les seins bandés
Je m'enivre des taches de vin sur les nappes de lin
Dévore ponts cantilevers et viaducs
Cordes à linge, poulies, bas et petites culottes à pois
Renverse les gares
Désosse les quais
Les souliers en cuir patin des voyageurs
Et les cannes blanches des aveugles destins
Clavecin clavecin
Scandent les petits-fils des aiguilleurs
Dans un rap à papa tunnel
Et j'en veux à tous les trains du Wisconsin
Que j'imagine chargés de moulins à café
De vaisselle brisée
Et de tours tombées
J'hormonose
Il me faudrait des roses
Pour les imprimer sur les nappes
Que j'emporte
Au rythme d'un balafon
Trouvé dans un livre d'Afrique
Et je reviens à la maison
Balafon balafon
Mets la table
Fourchettes à droite
Bol d'eau pour y voir clair
Deux ou trois limes pour les rimes
Murs et plafonds verts
Vert
La couleur de l'espoir
A toujours dit ma mère
Conga conga.
Le commentaire de sitaudis.fr Extrait de Carnet d'existence.