Super-héros : le retour ! par Philippe De Georges

Les Incitations

19 janv.
2015

Super-héros : le retour ! par Philippe De Georges

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

 

« L’unique exploit de la liberté universelle est donc la mort…/…la plus froide et la plus triviale, qui n’a pas plus d’importance que l’étêtage d’un chou » (Hegel, Phénoménologie de l’esprit : «  La liberté absolue et la terreur »).

 

 

 

   Vous avez aimé les héros ? En voici, en voilà : c’est le grand retour ! Connectez-vous, c’est follement tendance, sur 1£dechair.com et vous aurez le choix. Naguère, une jeunesse enfumée piétinait sous des banderoles geignardes : « Quelle connerie, la guerre ! », « Non, rien ne vaut la vie ». Fadaises, foutaises et niaiseries ! Bardamu fait de nouvelles émules, le Grand Mamamouchi revient avec le Grand Ya qu’A. Pères fouettards et Mère Ubu ressortent leur attirail que l’on croyait rouillé : vieilles pétoires, sabres de bois, crochets à décerveler et kalachnikovs. L’antique liturgie a repris des couleurs : Mourrez, mourrez, pour vos superbes idéaux ! Chiez sur les Dieux d’autrui ou hurlez qu’il n’est pas d’autre Dieu que Dieu. Vous aimez Dieu plus que tout ? MouRRez ! Vous n’aimez pas Dieu ? MouRRez ! Et surtout, pas de limites ! Ah ça mais…au nom de quoi briderait-on son prurit ? Que les idéaux renaissent, avec Moloch, Tanit et Yahvé. Le Grand Pan n’est pas mort, qu’on se le dise : le sacrifice est de retour et qu’on apporte aux autels toujours fumants de la chair - fraîche, s’il vous plaît ! - à veux-tu en voilà.

   Premiers communiants ou gibiers de potence, bizuts, khâgneux, analphabètes ou chomdus, Wasp ou bronzés : on ne peut plus s’entendre, cornegidouille ? Etripons-nous gaillardement ! Fraternité mon cul ! Fraternité-terreur, oui !

    Que d’Athènes à Jérusalem, de Dunkerque à Tamanrasset, de Samarcande à Salem, tous enfin communient. Qu’on n’entende qu’un seul cri, lancé par le chœur des Vierges et des Erinyes et repris par tous : A mort, A mort la vie !