Cahiers Artaud, numéro premier par Jacques Barbaut

Les Parutions

03 déc.
2013

Cahiers Artaud, numéro premier par Jacques Barbaut

 
« La littérature française a un problème avec Artaud. »
A. J.
 
Dans une (peut-être trop) élégante maquette et typographie, le premier numéro des Cahiers 
a r t
a u d
propose, sous la direction d’Alain Jugnon :
 
— la célébration, par Bernard Noël (« artaud le lalie »), de la publication récente en deux mille trois cent cinquante-deux pages des Cahiers d’Ivry (dont moult fac similés / graphies-dessins-gris-gris), qui établissent l’édition « scénographique » des cent soixante-quatorze petits carnets griffés-pulsionnés par le Mômo à Ivry lors de ses treize derniers mois réels — donc effarants — de vie terrestre, et achevant ainsi en apothéose la publication en vingt-huit volumes des supposées Œuvres complètes par la NRF/Gallimard ;
 
— après une évocation en passant de l’album Love On the Beat — « ouais le génie ça démarre tôt / mais y’a des fois ça rend marteau » —, sous peyolt, un double journal de voyage au Mexique réunissant écrits, drogues, philosophies et routes, proposé par Stéphane Nadaud, embarquant Jack Kerouac dans sa besace ;
 
— les dessins (la chambre arlésienne de Vincent visitée par un Alien) et les gravures (tortures du corps envahi par des étrons ou des bites majuscules) de jean-marc musial et d’anne van der linden (la revue préfère faire tomber les capitales des noms propres) ;
 
— une trouée entre Antonin Artaud et Howard Philips Lovecraft, considérés comme des enfants visités, hantés, envoûtés (par le dégueulasse Nyarlathopet et l’odieux Cthulhu, « ce cauchemar humanoïde à colossale tête de poulpe »), avec l’invention commune d’idiomes inconnus comme « l’invocation d’une nouvelle cosmogonie à l’intérieur du lecteur », inséminée par Aurélien Lemant ;
 
— des   c r i - c r i s   &   g l o s s o l a l i e s ;
 
— inévitablement, des citations, qui sont autant de respirations vitales — ou façons-de-parler —, soit trois ( x 3 ) coups d’Artaud : Marseille, « ja na pas a papa-maman », Marat, électrochocs, être-pour-la-merde, CsO, « Moi. comme un derme qui marcherait », sperme et Cabbale… ;
 
— des noms de femmes comme Génica Athanasiou (déjà comme un mantra), Marthe Robert ou Paule Thévenin ;
 
— de très « originales » traductions skato du latin des Épigrammes de Martial réalisées par Christian Prigent ;
 
— Lacan versus Artaud, Deleuze & Artaud, Abélard selon Artaud, Pennequin avec Artaud…