La guerre ça n'crève pas les yeux par Dominique Meens

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

La guerre ça n'crève pas les yeux par Dominique Meens

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Ce qu'il me faudrait, se dit le promeneur une fois installé, soit une fois repérés flamants et gangas, posés les livres et les cahiers, ce qu'il me faudrait, c'est revenir à moi. J'ai vu la guerre. Il se répète ça. J'ai vu la guerre j'ai vu la guerre. Il pourrait écrire trois cents lignes de j'ai vu la guerre abasourdi qu'il est, trois cent lignes de j'ai, trois cent lignes de vu, trois cent lignes de la, trois cent lignes de guerre. Et la phrase dégouline sur la page illisible, j'ai vu la guerre, j'ai vu la guerre. J'ai vu la guerre vu la guerre j'ai la guerre j'ai vu guerre j'ai vu la vu la guerre j'ai la guerre j'ai vu guerre j'ai vu la j'ai vu la guerre la guerre j'ai vu vu la guerre j'ai j'ai vu la guerre guerre j'ai vu la j'ai vu la la guerre. Arrêté, la phrase tourne, il y voit la chanson suée. La chanson française. En français quoi que ce soit qui le fascine sue la la la. Ce qu'il me faudrait, se dit le promeneur, c'est une langue étrangère. He visto la guerra visto la guerra he la guerra he visto guerra he visto la visto la guerra he I've seen the war guerra he visto la he visto la guerra the war I've seen war I've seen the he visto la guerra war I've seen the he visto la la guerra. Et là-dedans la langue de l'ennemi, la langue de ceux qui la font la guerre, la guerre que j'ai vue, la guerre que je ne cesse de voir depuis que je l'ai vue venue à mes yeux mirobolés, la guerre qui fait des morts hors de chez soi, des morts à l'ancienne et les morts modernes à deux pas les morts à soi que l'ennemi voit ça ne crève pas, des morts à l'ancienne crevés dans les images et les morts increvables à l'image aussi et la guerra he visto seen the war I've la guerra he visto visto la guerra he seen the war I've the war I've seen war I've seen the I've seen the war the war I've seen seen the war I've I've seen the war guerra he visto la I've seen the the war, la chanson de la guerre en cours la guerre à tout la guerre totale la guerre sans reste avec des cadavres loin dans les images ou près sous les décombres, avec les morts vivants vivant morts sous les images et dans les combles la guerre de l'ennemi seul contre tout la guerre comblée. Ce qu'il me faudrait, se dit le promeneur, c'est une déclaration de guerre. Je déclare la guerre aux Etats-Unis. J'écris un psaume, un motet, je le chanterai au soir du Te Deum avec mes oiseaux bellum vidilum vidi belvidi bellum dibellum vilum vidi belvidi bellumdi bellum vibellum vidi vidi bellum lumvidi belbellum vidi dibellum vibellum vividi.
Le commentaire de sitaudis.fr Chapitre XXV (Ornithologie du promeneur, III L'aigle abolie, 100 titres)

Les autres textes de Dominique Meens sur sitaudis :