Dans le goulet de l'avalanche par Raoul Armant

Les Apparitions

Dans le goulet de l'avalanche par Raoul Armant

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

Je déjeune demain sans hésition ni douleur puis je cours je me précipite pieds nus dans la neige gelée je marche sur la glace coupante je ne laisse aucune trace aucune marque je glisse je m'enfuis je m'éloigne je cherche la chute § je dis aujourd'hui on joue à l'homme qui tombe à l'homme tombé couché  avahi  allongé  recourbé  recroquillé dans le froid  la neige revenue recouvrée à la fin de l'hiver je me relève brûlant  la réverbation est violente  il faut faire bien attention dans la lumière de chaque jour  le ciel me regarde   je ne sais pas à quoi il pense le ciel §   je sais que je ne sais pas le ciel  § je grimace dans le soleil  il fait beau  quelqu'un dit :  il fait beau §  quelqu’un a dit : il fait beau §  je sais que je sais que quelqu'un a dit : il fait beau § je sais un temps sublime un temps inaccompli § je sais que le ciel je ne sais pas §  je sais que j'entends quelqu'un dire quelqu’un parle maintenant  :  je sais § je sais quelqu'un a parlé et a dit : il fait beau un temps  sublime  quelqu'un a dit ça  a pensé prononcé à haute voix  §  je le sais :  il fait beau  un temps sublimme : je sais que je sais ça j'entends je le sais § maintenant quelqu'un marche sur mon ombre quelqu'un dit et prononce avec moi : aujourd'hui il fait beau à affronter tous les dangers à éclaircir des lignes de vie  quelqu'un nomme dans mes pas  je le sais quelqu'un nomme quelqu'un maintenant se maintient près de moi et avance à mes côtés dans le goulet de l'avalanche  je le sais comme je sais que je ne sais pas le ciel § je grimace dans le soleil il fait beau  § un temps sublimme je sais que je sais ça un temps inaccompli un temps sublime j’entends dans l’éblouissement dans la répétitation  dans la neige et la lumière dans les grimaces dans le soleil j'entends dans l'amour un passage étroit une course une attention j'entends l'inattendue l'écho et la cavale l'instant après la chute § la catastrophe après la faute et la réparassion j'entends le ciel  la séparation je sais maintenant un sentier droit une voie serrée dans le goulet de l'avalanche je sais et je connais l'erreur je reconnais le doute et la précitation dans le goulet de l'avalanche j'écoute maintenant § j'entends quelqu'un quelqu'un a dit : maintenant écoute a ajouté : écoute au nom de Dieu § quelqu'un a dit : au nom de Dieu § a parlé cette fois pour moi a parlé a prononcé à ma place : tu ne dois pas franchir les limites de l'éloignement § j’entends l'appel j'effectue à l'intérieur un mouvement de repli une guerre secrète à laquelle je me plie je prie  peut être que peut être que  je prie je ne sais pas je sais que je ne sais pas je sais que le ciel je ne sais pas § quelqu'un a dit le futur est merveilleux je m'en souviens sans accident je m'en souviens et je déjeune je déjeune demain sans angoisse ni doute pendant que nous marchons pieds nus dans la neige gelée je m'obstine à ne laisser aucune trace aucun signe aucun frisson je brasse de l'air quelqu'un a dit que nous devons éviter que des mouches de glace viennent nous couper la route tout un automne tout un hiver je chute § je laisse tomber mes bras ballants devant notre incompréssion vivante je cherche dans la glace une équilibre la réverbation est douce la lumière apaisante je tourne dans le soleil je glisse dans le goulet de l'avalanche  puis je m'effondre je prends la peine de jouer l'homme qui tombe je joue un tour à l'homme tombé je chute dans la tombe de l'homme je tombe dans sa chute § je dis que je suis un je renversé la nuit je me souviens je suis maintenant une série de revenants un mauvais rêve une langue anglaise la nuit je dis : le chaos est dans le chronomètre je crie j'appelle je lance des mots je forme des phrases je les expulse hors de ma bouche je les rejetes loin de mes lèvres la nuit je me souviens je nomme des noms  § les noms je nomme la nuit à haute voix je rêve que je renverse un je puis je remonte une horloge suisse dans un ouaisterne autrichien un escalier mouvant une cage d'ascenseure une maison un appartement vide une semaine sur deux un enfant aux valises un gamin en cavale  la nuit je propulse un garçon dans les airs je sors de moi je déborde de moi je me précipite hors de moi au dehors de la surface des choses j'échappe à l'essenciel je sais que je ne sais pas le ciel § je cherche une potte de sortie maintenant une constellation heureuse je prends l'avion  je déplace à peine la  chute  § la sentence  la sanction l'ortograf et les fautes puis je me perds je me grime je me masque à l'ouest je traverse l'Arizona sans maman ni cheval dans un canapé à roulettes une armure automatique je me gèle je me fige dans l'angoisse la répétition le confort et la course la nuit dans le ciel § je nomme la fin de la civilisation de l'homme troué la fin de l'homme  (...)

Le commentaire de sitaudis.fr

 

Extrait d'un travail en cours.