Et panse tant que toz... par Stéphane Montavon

Les Apparitions

Et panse tant que toz... par Stéphane Montavon

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Et panse tant que toz s'oblie -  4136, Ms B 354



SENS BLANC
Et toujours déjà une violence il y a, à hauteur de regard le fil d'un miroir, en bas le pré linceul où imminent se jouera, scandé le drame des hommes sinon qui, en haut d'abord insensée fureur, lumière déroute l'attroupée céleste, rapt vient de l'oie plus égarée .III., langues à descendre sur nous, l'autre souillée de la lumière maintenant, .III. gouttes répandues le glaive, l'homme à bas signe, à traluire, là né souillure, enluminure là lu pur, rapport opérations sub, styles géométriques sur la, page blanche du monde .III. plaies le vermeil, sur le blanc assis blason une, deux joues lèvres, le premier signe la blessure, prend le visage de l'amour, infiniment à peine trace, déjà palimpseste à perte, d'allégorie à pointe de lance, seing, saignement du sens qui n'a, de cesse et ravissement l'autre, d'un rapt dont rien fracas de piques, ni défis alors sauf Gauvain le jumeau, ne peut détourner encore qu'au, seul moyen de la parole amour né, dans l'absence même le retrait, du signe suaire acheiropoïète, Sainte Face de l'aimée l'écart, incarnation sus, pension l'antre du penser plaie, dessus signe immédiatement face, l'autre advenu l'amour né l'homme, au tombeau évadé alors enfin, l'estrangement
Le commentaire de sitaudis.fr Une jeune voix (pardon du jeu) étonnante.