Hallali l'hiver par Sylvain Berteloot-Boisseau

Les Apparitions

Hallali l'hiver par Sylvain Berteloot-Boisseau

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

Du givre et des grives des petites traces de pas dans les prairies parsemées de gelées blanches des galets à couverts des pierres cachées avant l'argile et la boue avant la glèbe et le geste avant aube et lumière des grives et du givre des lueurs pleines de plumes d'arbres et d'oiseaux  pleines de répétitions dans le silence à l'orée des forêts et l'hiver que l'on ne sait pas lire les nuits trop longues des grives et du givre de la buée dans la bouche de la brume un baiser oui une bise légère ou l'enfance qui tombe qui chute comme des feuilles aux nervures mortes de la sève dans la bouche encore un semblant de sève de la sève à la place de la salive de la sève sur les lèvres et un jour qui s'élève maintenant sans enfance sans poème sans petit poucet sans recoin ni trésor de rien une répétition du jour froide un italienne une représentation ratée un poème ordinaire du givre et des grives des monticules couverts de genêts des petites phrases palimpsestes que l'on redit en bouche des boucles de cheveux des chiens et des chevaux des cordes et des chênes le ciel une vielle place bleue et la sève encore la brume la buée le reflet de la bougie derrière la vitre  le silence comme une liaison une ligne de fuite le silence et le regard de l'autre de l'autre côté de la fenêtre du givre et des grives des corbeaux noirs des branches nues  la gelée blanche avant la boue et le silence comme une lésion dans la bouche une parole à bas bruit un geste dans la glèbe le silence avant la répétition du givre et des grives un matin avant l'hiver que l'on ne sait pas lire que l'on ne lira pas non que l'on ne veut pas lire que l'on ne lira plus ni signe ni trace ni pas ni force et forêt ni brin de bruyère hallali du matin et des marches dans la prairie hallali de  fleurs séchées hallali des rivières hallali de flaques de boue d'écorces et de lichens de rives et ricochets hallali déliée hallali de l'oubli hallali de silex et de sève hallali de l'enfance des trésors de rien des grives et du givre de la buée dans la bouche un baiser une bise légère peut-être à peine un souvenir sur un front hallali de la neige maintenant et l'enfance qui tombe qui chute comme un agrégat de cristaux de glace des étoiles à douze branches ou l'enfance tombée dans la neige maintenant et de l'autre côté de la vitre dans les champs des camps dans le ciel un trop vieil endroit bleu que l'on ne regarde plus des occupations des rituels des habitudes des obligations des gestes  qui nous maintiennent debout tout juste vivant pas le temps de regarder non hallali des regards et des rêves de la sève à la place du sang un semblant de sève dans l'arbre de l'homme  des grives et du givre des buissons oubliés de recoins perdus des sentiers effacés des traces sur des traces des ratures des rayures des recommenceencore une fois des efforts des gesticulations et des chutes et le silence encore le silence entre les mots le silence comme une liaison une lésion dans la bouche à bas bruit dans la brume de la buée un balbutiement de parole et l'hiver qu'on ne sait pas lire l'hiver encore et la neige maintenant  un matin après l'enfance un matin ordinaire une date ordonnée  un jour après l'autre  un silence dans le jour qu'on ne peut pas dire qu'on ne veut pas parler une absence de sens  des grives et du givre des pensées maintenant qui nous pensent des pensées des silences à bas bruit dans la bouche dans la brume dans les champs les prairies  les étangs recouverts de glace de la buée sur les lèvres des rêves des forêts et des fauves des pensées des écorces des brins de bruyère des galets du lichen et des pierres des oiseaux des arbres du lierre hallali du matin hallali de l'automne hallali et hiver qui regardent qui parlent qui susurrent ensemble de l'autre coté de la fenêtre derrière la vitre l'hallali et l'hiver maintenant vivant dans l'arbre de l'homme dans la sève sur les lèvres de l'homme dans les dires et les rêves dans l'oubli la chasse de l'homme  et la trace hallali et l'hiver qu'on ne sait pas lire qu'on ne veut pas qu'on ne lira plus l'hiver qui pense à notre place l'hiver maintenant et  la neige le souvenir de la neige comme l'enfance tombée comme la chute comme une représentation ordinaire une photographie commune un cliché usuel des synonymes et des traces des feuilles aux nervures mortes des étoiles à douze branches un agrégat de cristaux de glace des flocons et des  forêts l'hiver à ciel ouvert comme un  livre de nom une histoire d'homme.