MARRAKECH MIDI PILE par Émilien Chesnot

Les Apparitions

MARRAKECH MIDI PILE par Émilien Chesnot

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

ainsi ce corps est grand-absent

qui chemine en incluant dans son absence quelque spectaculaire

approfondissement du paysage et du temps ; la brume des jadislui convient,

et cette veste dont le bleu Majorelle

enrobe – avec étoilement drapé – le gabarit d’époque ;

grand-chaos de chocs contraires aurait pu

effacer de lui toute trace ; il n’en fut rien, et tel que passe un homme

Marrakech fut fondée [...] je titre MARRAKECH MIDI PILE (ici pleine Médina),

dans le souk des – moteurs, bousculades, al

garades, poussé par une enfant qui veut refourguer des mouchoirs ;

musée Yves-Saint Laurent, la robe Mondrian iconique n’en est pas moins factice – nous sommes fixés ;

Maison de la photographie nous sommes fixés, ou jamais loin de l’être, [...]

par la photo du jeune esclave noir qui porte le poids du monde, Dar

Cherifa, le soleil plaque, cloquant peaux et cuirs sur son passage (

simplement ça), c’est simple et sensiblement rien, la vue qui se dégage ? [...]

sur les toits on boit du thé versé à même le scintillement de la lumière,

on achète les clopes à l’unité, se

croyant encore explorateurs quand n’importe quelle compagnie

aérienne met Paris à trois heures de tajine : motocyclettes sans cesse, turbulences,

au moment où le muezzin entame sa prière du haut du minaret,

il y a longtemps que d’après Alexis « dans l’eau minet râle (minérale !) » ;

la blague reste en souffrance dans les airs faute de réseau pour la capter ; pas la Koutoubia ;

pas les tombeaux Saadiens ;

pas les montagnes de l’Atlas – ou si peu, mais :

– l’ombre d’un palmier qui gratouille le mur rose

– l’eau d’un torrent qui passant sous la roche y écaille ses reflets,

figurants

(la ville en est pleine) – l’eau figurant

des losanges filiformes aux contours incertains

– et fluides [...]