Dans de la nature de Philippe Beck.

Les Parutions

24 nov.
2003

Dans de la nature de Philippe Beck.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Impossible de présenter rapidement un tel livre sur le Web, on peut juste tenter de s'en tirer en énonçant quelques données brutes, dans tous les sens, aux antipodes du raffinement du poète.
La reproduction en couverture d'un détail d'une œuvre de l'artiste colombienne Vicky Neumann, est complètement ratée mais c'est un détail.
Il y a en exergue sur une seule page, deux très longues citations entre guillemets de Schiller.
Le livre est constitué de 99 poèmes numérotés, sans titre, dont un seul, le dernier, dépasse la dimension d'une page ; c'est aussi le cas du poème titré "Poème liminaire" (3 pages) et de celui en italiques qui clôt le recueil, titré "Poème du Oh".
Il s'agit d'une méditation, critique et parfois rieuse mais très actuelle sur la tradition bucolique et pastorale, sur l'impossible idylle ; si une certaine préciosité très grand siècle n'est pas absente (surtout dans le travail de la langue), l'auteur le plus "discuté" est sans doute logiquement le plus lu aujourd'hui, le parangon de cette histoire occidentale, H. D. Thoreau.
Le corps est en revanche absent, effacé comme (presque) toujours chez Beck, un des très rares contemporains à jouer (?) ce retrait (pudique?).
L'"environnement" est en revanche évoqué sans fard ni détours avec ses camps, ses écrans, son obscénité.
Il y a des gestes linguistiques remarquables, des néologismes brillants ou drôles, des élisions curieuses, des abréviations insolentes, des articles en trop ou en moins. "Je" est rarement présent, toujours justifié, aucun narcissisme, aucun lyrisme.
La passion du poète pour la musique est manifeste au travers de noms et de références mais aussi dans l'agencement des mots.
Même au bout de plusieurs lectures patientes, un grand nombre de passages résistent et se coagulent sans susciter l'irritation que fait naître parfois l'énigme.
C'est le dizième livre de Beck qui en annonce trois autres pour 2004.
Le commentaire de sitaudis.fr éd. Flammarion (oct. 2003)
116 p.
15 €