quelque chose se passe de Stéphanie Chaillou

Les Parutions

10 févr.
2009

quelque chose se passe de Stéphanie Chaillou

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
L'intensité et les défaites d'une venue au monde, la découverte du néant qui le constitue, les troubles souvenirs d'enfance liés à la formation d'une identité, les attentes sorcières que tout le monde affronte : il faut au romancier des centaines de pages, de l'épaisseur pour les faire résonner chez le lecteur ; Stéphanie Chaillou y parvient en quelques fragments brefs, en phrases tout aussi brèves, avec un lexique qu'on pourrait qualifier de pauvre : aucun mot qui (sauf peut-être "gratos") détonnerait dans la ferme de l'enfant.

Les fragments sont regroupés en sections nommées Figures où cette énigme qu'est l'enfant-fille, tueur à gages ou fille sans tête apparaît tantôt comme sujet, tantôt comme destinataire des récits, ensemble très géométrique qui s'imbrique et qui s'entête dans une recherche violente des adresses, des cadrages, des directions :

Tu es avec ton frère et ta  sœur, dans la cour de la ferme, devant la route. Vous êtes debout. Vous regardez l'objectif. Vous regardez cette direction qui vous fait face. Vous ne souriez pas. Vous regardez cette direction qui est une fausse direction puisqu'elle vous fait face.

Dans la même collection, des livres de Violaine Guillerm, Claire Le Carn et de Stéphane Crémer qui connaît très bien la musique et les outils de la pensée :

Ignorer où on va mais choisir d'y aller.

Cet aphorisme pourrait constituer la forte devise de la maison d'Isabelle Sauvage.
Le commentaire de sitaudis.fr éd. Isabelle Sauvage (2008)
coll. présent (im) parfait
(dirigée par Alain Rebours)
69 p.
14, 50 €