Asphodèle de William Carlos Williams

Les Parutions

01 oct.
2007

Asphodèle de William Carlos Williams

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Voilà le grand poème d'Amour qui, dans la tradition de Dante, évoque Homère et Hélène, l'enfer et les fleurs, l'Aimée et la Guide, à ceci près qu'écrit en 1954 et totalement moderne, il n'ignore rien de la bombe et de la rame de métro.
D'amour fou et sage, le grand poème impossible après Auschwitz.
Appelée par Rimbaud, la musique savante qui manquait à notre désir.
La tradition reprise après la rupture et revivifiée, pour de bon ...reverdie.
Et pourtant William Carlos Williams est considéré comme l'un des grands poètes ... objectivistes : l'étonnement s'amenuise si l'on suit Alain Pailler dans sa reformulation des principes de ce mouvement dans une relation compatible avec l'œuvre présentée :

Telle est la tâche du poète, et sa très grande noblesse, que d'objecter à l'incompréhensible du monde un vers "projectif" qui ne se contente pas de l'interpréter, mais le transforme bel et bien à nos yeux pour nous transporter en cette figure de paradis (le dit du poème) qu'une descente neuve aux enfers (son dire) autorise.

Son travail de traducteur est plus contestable : pas besoin d'être très doué en anglais pour comprendre la cucuterie qui exhale de la traduction de we went to gather par nous allâmes cueillir ... Alain Pailler ramène la langue de WCW à du français standard (quand c'est du condensé diamantaire d'anglais parlé) avec une tendance à la paraphrase explicative.
Aspodel, that greeny flower (titre original), n'a été accessible aux poètes français qu'en 1991, grâce aux éditions de La Différence et c'est dommage ; plus tôt, il eût peut-être réduit au véritable silence bien des gens qui ont nappé des pages et des pages de blancheur, traquant le sublime du taire à taire :

... The poem
is complex and the place made in our lives
for the poem.
Silence can be complex too,
but you do not get far
with silence.


Le commentaire de sitaudis.fr suivi de Tableaux d'après Bruegel
traduit de l'anglais (Etats-Unis) et présenté par Alain Pailler
POINTS Seuil- septembre 2007
252 p.
7 € 50