Dispositifs/dislocations d'Olivier Quintyn par Sylvain Roullier

Les Parutions

30 oct.
2007

Dispositifs/dislocations d'Olivier Quintyn par Sylvain Roullier

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Il existait déjà une collection de textes théoriques chez Al Dante première époque. Laure Limongi, qui la dirigeait, y avait publié Poésie Action Directe de Christophe Hanna. C'est donc en toute bonne logique que Laurent Cauwet réaffirme cet attachement en confiant au même Christophe Hanna une collection encore plus explicitement intitulée Questions Théoriques au sein de ce que l'on peut désormais nommer Al Dante 2.

Le premier volume est consacré au collage, compression (le volume) qui semble révéler les grandes lignes d'une recherche sans que l'attirail lexical universitaire n'en plombe trop la lecture - merci à lui. Tout cela avance dans une relative liberté, puisque la notion de collage est élargie d'emblée à " toute pratique faisant intervenir une hétérogénéité formelle des constituants et jouant de l'introduction, dans le champ artistique, d'objets ou de fragments non spécifiquement perçus comme artistiques."
La mise au point importante de Quintyn quant au collage tient dans l'introduction de la notion de remédiation (notion élaborée par Jean-René Etienne dans un texte encore disponible sur le site de l'ENS Lyon) : le fragment "collé" n'est jamais un matériau pur, il est toujours déjà énoncé, déjà médiatisé : " Le collage opère ainsi une action transformatrice sur une médiation, il traite de façon seconde à la fois un matériau et son mode de traitement : il a pour type de "contenu" des types de médiations différentes, qu'il articule, oppose, et cite à comparaître les unes par rapport aux autres." Un collage donne toujours à voir plusieurs mondes, et donc plusieurs vérités possibles; en ce sens, c'est un dispositif critique dénaturalisant qui tend à "démythologiser" en dramatisant la déliaison moderne (Adorno) pour mieux la révéler. Ce fragment-là serait plus du côté du Witz que du Sublime (mais Quintyn ne revient pas sur la construction romantique de cet objet, puisqu'il part des "papiers collés" de Picasso, inscrivant son livre dans la sphère de l'esthétique plus que de la littérature moderne.)

Mais c'est la troisième, et dernière, partie qui est la plus excitante (elle en excitera plus d'un, en tout cas). Si Quintyn rappelle qu'il y eut, au XXe siècle, d'autres "stratégies" qui utilisèrent le collage comme instrument d'interrogation critique du monde (la stratégie "productiviste" constructiviste, les stratégies situationniste et pop), c'est pour mieux sous-entendre que la bonne, c'est la dernière, c'est-à-dire la sienne - enfin, la leur : la "remédiation collagiste"...
Quintyn pense-t-il vraiment que son travail et celui d'Hanna se situent dans la continuité de "l'art avancé ou l'art progressiste" (p 115) ? Evidemment non, puisqu'il fustige toute téléologie. Pense-t-il vraiment transformer l'art en une "pratique d'ethnographie en acte" (page 131), annexant un poil par dessous la jambe une pièce de Mike Kelley (qui doit bien se moquer de jouer au petit ethnographe) et reprenant, quelques trente ans plus tard, rien moins que les principaux attendus de l'art dit "sociologique" (cf. "On y trouvera des documents, et point d'oeuvre, si ce n'est traitée en tant que document ", etc - voir les divers manifestes de l'art sociologique et de l'esthétique de la communication) ?

Pourquoi suivre au pied de la lettre un livre qui nous indique, à sa couverture, si bien la distance qu'il entretient avec lui-même ? Qu'y voit-on, en effet ? L'auteur, sautillant en caleçon de bain dans une mer plutôt calme, non loin de la Forbidden Beach de la collection si bien nommée. Et qui, oui, qui fait la préface ? Christophe Hanna, bien sûr, non parce qu'il serait le patron qu'il est bien venu de citer ou devant lequel il faudrait s'incliner, mais parce que ce même Christophe Hanna publia, avec Poésie Action Directe, une remarquable parodie du formalisme mathématique telquelien (P1, P', vous vous souvenez ?) - que presque personne n'ait songé à cette lecture n'en signe pas pour autant l'impertinence de son interprétation.
La thèse (sur le dispositif collagiste) présentée en première partie en devient-elle caduque ? Et pourquoi jeter le bébé avec l'eau du bain ? Ce point de vue sur le collage demeure tout à fait intéressant, mais il est, pour ainsi dire, implémenté dans un espace artistique de nature bien plus ambigü voire foutraque; de fait, la galaxie Hanna/Quintyn (et suite) est en train de s'implémenter vivante dans une plage (à tous les sens du terme) où elle a préalablement semé des tessons de bouteille afin de s'y auto-tester (il n'y a pas de meilleur cobaye que soi-même). Ceux qui les y suivent sérieusement n'ont qu'à s'en prendre à eux-même.
Le commentaire de sitaudis.fr Sylvain Roulllier a créé le GLCC (Groupe de Libération des Contenus par les Contenants).

éd. Al Dante Transbordeurs/questions théoriques/collection Forbidden Beach
145 p.
15 €